Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

FRANCE

Selon Manuel Valls, des terroristes se sont glissés parmi les réfugiés

© Alain Jocard, AFP | Selon Manuel Valls, certains auteurs des attaques à Paris et à Saint-Denis "ont profité de la crise des réfugiés" pour entrer en France.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/11/2015

Manuel Valls a affirmé, jeudi, que des auteurs des attaques du 13 novembre à Paris ont "profité de la crise des réfugiés [...] pour se glisser" en France. Par ailleurs, le Premier ministre ignore si le fugitif Salah Abdeslam a quitté l'Hexagone.

Invité au 20 heures de France 2, le Premier ministre Manuel Valls a affirmé, jeudi 19 novembre, que certains des auteurs des attaques à Paris et Saint-Denis "ont profité de la crise des réfugiés [...] pour se glisser" en France.

"Ces individus ont profité de la crise des réfugiés, notamment au moment de ce chaos, peut-être, pour certains d'entre eux, se glisser..." en France, a indiqué Manuel Valls, sans finir sa phrase. Il a aussitôt ajouté que "d'autres étaient en Belgique, déjà. D'autres, je veux le rappeler, étaient en France", a-t-il assuré.

Par ailleurs, concernant l'enquête dans les milieux islamistes, "157 personnes ont été assignées à résidence depuis vendredi" et "600 perquisitions" ont été menées, a indiqué le Premier ministre. Le précédent bilan faisait état d'environ 400 perquisitions et 118 assignations à résidence.

"La menace va être longue et permanente"

Manuel Valls s'est également voulu très prudent sur le fait de savoir "si des groupes, des individus, qui sont directement liés à l'attaque de vendredi soir sur Paris, sur Saint -Denis" étaient encore actifs.

"Nous ne le savons pas encore. On peut l'imaginer", a-t-il répondu. "Et c'est la raison pour laquelle la menace est toujours présente et va être longue et permanente", a-t-il estimé, évoquant "un certain nombre d'individus qui représentent un vrai danger".

Le chef de gouvernement a également reconnu "ne pas savoir" comment Abdelhamid Abaaoud, instigateur présumé des attentats tué mercredi dans un assaut policier à Saint-Denis, était entré en France.

>> À lire sur France 24 : "Quand le contre-terrorisme américain s'intéressait au cas Abaaoud en Belgique"

"À ce stade, nous ne le savons pas, mais je ne doute pas que l'enquête le démontrera [...] pour comprendre pourquoi cet homme qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par la Belgique a pu ainsi traverser toute une série de frontières".

De la même manière, le Premier ministre a admis son ignorance sur le fait de savoir si Salah Abdeslam, autre auteur présumé des attaques recherché par les forces de l'ordre, se trouvait en France ou en Belgique.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 19/11/2015

  • ATTAQUES À PARIS

    Le stress après les attentats : "Il est normal d’avoir peur raisonnablement"

    En savoir plus

  • ATTAQUES À PARIS

    Abdelhamid Abaaoud, coordinateur présumé des attentats de Paris, est mort

    En savoir plus

  • ATTAQUES À PARIS

    "Union nationale" : vivement critiquée, l'opposition calme le jeu à l'Assemblée nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)