Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

FRANCE

Olivier Corel, "l'émir blanc" d'Artigat, placé en garde à vue

© AFP / STR / Archives | Le prédicateur salafiste franco-syrien Olivier Corel, photographié en mars 2012.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/11/2015

L'imam radical Olivier Corel, dit "l'émir blanc", décrit comme le mentor présumé du terroriste Mohamed Merah et du jihadiste Fabien Clain, a été placé en garde à vue, ce mardi.

Le prédicateur islamiste Olivier Corel, dit "l'émir blanc" de la filière d'Artigat, en Ariège, a été placé en garde à vue mardi 24 novembre, pour détention illégale d'un fusil de chasse selon des sources proches de l'enquête. Son domicile avait été perquisitionné dans la matinée, dans le cadre de l'état d'urgence déclaré en France après les attentats du 13 novembre à Paris.

Cet imam originaire de Syrie, âgé de 69 ans, est suspecté d’être le mentor présumé du terroriste Mohamed Merah, qui avait tué sept personnes au nom du jihad à Toulouse et Montauban en mars 2012, et de plusieurs jihadistes, dont Fabien Clain. Ce Toulousain est parti rejoindre les rangs de l'organisation de l’État islamique (EI) et sa voix a été identifiée par les enquêteurs dans le message de revendication des attentats du 13 novembre.

Deux hélicoptères de gendarmerie ont été déployés en appui de nombreux membres de l'antiterrorisme et du renseignement informatique mardi matin autour d'Artigat, petite commune de près de 600 habitants, où le domicile d'Olivier Corel était perquisitionné, ainsi que d'autres maisons dans les milieux islamistes. L’unique route d'accès à cette commune a été barrée par les forces de l'ordre le temps de ces perquisition. Selon une source proche de l'enquête, citée par l’AFP, on s'attendait à ce que cette perquisition administrative, sans lien direct avec les attentats de Paris, dure toute la journée.

Olivier Corel avait déjà été interpellé dans le cadre de l'affaire Merah puis remis en liberté. Auparavant, il avait été mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" dans le cadre dune affaire sur la filière jihadiste vers l'Irak et avait alors bénéficié d'un non-lieu.

Depuis, il vivait dans sa maison du hameau de Lanes, à Artigat, sans faire l'objet d'une assignation à résidence, et vendait poteries et fripes sur les marchés locaux.

Mohamed Merah, ainsi que son frère Abdelkader, mais aussi Fabien Clain et son frère Jean-Michel, avaient suivi l'enseignement religieux de "l'émir blanc" à Artigat. Fabien Clain s'est converti à l'islam dans les années 90 et s'est radicalisé dans la première moitié des années 2000, avec un groupe de jeunes salafistes radicaux qui fréquentent Olivier Corel, ainsi qu'une salle de prière de Bellefontaine à Toulouse.

Arrivé en France en 1973 et naturalisé dix ans plus tard, Olivier Corel, de son vrai nom Abdel Ilat al-Dandachi, a un temps dirigé l’association des étudiants islamistes de France avant de fonder sa communauté islamiste à Artigat en 1987. En 2012, il avait expliqué à l'AFP recevoir des jeunes qui venaient le consulter pour, selon lui, mieux comprendre l'islam.

Avec AFP

Première publication : 24/11/2015

  • ATTAQUES À PARIS

    Un jihadiste français a enregistré la revendication des attentats de Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)