Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Liban : des robes de mariées pour dénoncer une loi sur le viol

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : la loi sur la consommation de stupéfiants assouplie

En savoir plus

Moyen-Orient

La Russie accuse la Turquie d'avoir planifié l'attaque de son avion militaire

© Kirill Kudryavtsev, AFP (archive) | Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/11/2015

Le crash d'un avion de guerre russe, abattu près de la frontière syrienne par l'armée turque, relève d'un acte délibéré de la part d'Ankara, accuse Sergueï Lavrov, qui précise néanmoins que la Russie "ne fera pas la guerre à la Turquie".

La tension reste vive entre Ankara et Moscou au lendemain du crash d’un avion de guerre russe, abattu à la frontière syrienne par l’armée turque. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré, mercredi 25 novembre, que la décision d'abattre un avion militaire de type Sukhoï Su-24 relève d'une "provocation planifiée" de la part de la Turquie. Alors que Ankara affirme que l'appareil avait violé son espace aérien, Moscou assure que l'avion survolait la Syrie.

"Nous avons de sérieux doutes sur le fait qu'il s'agisse d'un acte spontané, cela ressemble beaucoup à une provocation planifiée", a-t-il estimé lors d'une conférence de presse, ajoutant qu'il avait eu une discussion téléphonique d'"environ une heure" avec son homologue turc, Mevlut Cavusoglu.

Sergueï Lavrov a néanmoins aussitôt tempéré ses déclarations, ajoutant que la Russie "ne fera pas la guerre à la Turquie". "Nos relations avec le peuple turc n'ont pas changé", a affirmé le chef de la diplomatie russe. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré, de son côté, que son pays n'a "absolument aucune intention de provoquer une escalade après cette affaire". 

"Une attaque totalement inacceptable"

Pour autant "cette attaque est totalement inacceptable", a ajouté Sergueï Lavrov, et Moscou va "sérieusement réévaluer" les relations russo-turques. Mardi, le président Vladimir Poutine avait déjà vivement réagi déclarant que cet incident aérien aurait de "graves conséquences" sur les relations entre les deux pays. Il avait  estimé que cet incident constituait un "coup de poignard dans le dos" de la Russie.
 
Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a, pour sa part, confirmé, mercredi, que Mevlut Cavusoglu rencontrerait "dans les prochains jours" Sergueï Lavrov. Une information démentie par le ministère russe de la Défense. 

Avec AFP
 

Première publication : 25/11/2015

  • DIPLOMATIE

    Un avion russe abattu par la Turquie à la frontière syrienne, Poutine furieux

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Pour l'Otan, les incursions russes en Turquie "ne sont pas accidentelles"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Les avions de combat turcs interceptent un chasseur russe violant son espace aérien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)