Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

FRANCE

Attentats de Paris : deux nouveaux suspects "activement recherchés"

© Joel Saget, AFP | Photos des deux nouveaux suspects utilisant les identités Soufiane Kayal et Samir Bouzid.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/12/2015

Les polices belge et française recherchent deux hommes ayant voyagé en septembre avec le fugitif Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris. Les deux individus possèdent de fausses pièces d'identité au nom de Soufiane Kayal et Samir Bouzid.

Deux nouveaux suspects sont "activement recherchés par les services de police belge et français" dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris, a indiqué, vendredi 4 décembre, le parquet fédéral belge qui a lancé un appel à témoins. Les deux hommes ont été contrôlés le 9 septembre dernier avec de fausses identités à la frontière hongroise en compagnie du suspect clé des attaques du 13 novembre, Salah Abdeslam.

"Ils sont dangereux et probablement armés", a précisé de son côté la police fédérale, qui a diffusé un avis accompagné de plusieurs photos, deux clichés d'identité et des images de caméra de surveillance.

En lien avec la cousine d’Abaaoud

L'enquête a permis de démontrer que Salah Abdeslam s'était rendu en Hongrie à deux reprises au mois de septembre dernier, expliquent les enquêteurs. Le 9, il a été contrôlé à la frontière entre la Hongrie et l'Autriche en compagnie de deux personnes qui ont présenté de fausses cartes d'identité belges au nom de Samir Bouzid et Soufiane Kayal.

Celle de Samir Bouzid a été utilisée quatre jours après les attentats de Paris, le 17 novembre vers 18h00, dans une agence Western Union en région bruxelloise où un homme a transféré une somme de 750 euros à Hasna Aït Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud.

>> À voir sur France 24 : notre infographie sur l'enquête des attentats de Paris

Ce dernier, figure des jihadistes francophones du groupe État islamique (EI) qui était parvenu à rentrer de Syrie pour participer aux attentats, est décédé le 18 novembre avec sa cousine Hasna lors de l'assaut par la police de l'appartement qui lui avait servi de repli à Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris.

L'autre identité falsifiée, au nom de Soufiane Kayal, a servi à louer une maison à Auvelais, dans le sud de la Belgique, perquisitionnée le 26 novembre. Selon la presse belge, l'habitation aurait pu servir de planque ou de cache pour du matériel.

"Les photos publiées par la police belge montrent des profils qui semblent complètement différents des auteurs des attentats de Paris. On a affaire à des gens qui semblent un peu plus âgés, note sur le plateau de France 24 Roland Jacquard, président de l’Observatoire international du terrorisme. Ces deux suspects jouent très probablement un rôle de coordonateurs et de contrôleurs de l’EI. Ils ont probablement accompagné Salah Abdeslam jusqu’en Hongrie pour s’assurer que les filières d’entrée terroristes étaient bien protégées. On notera par ailleurs qu’ils n’ont pas hésité à passer par deux pays qui pourtant sont assez durs en matière de contrôles d’identité, la Hongrie et l’Autriche."

Reste que "nous n'avons par l'identité réelle de ces deux nouveaux suspects, précise Antoine Mariotti, journaliste de France 24 qui suit l'enquête. Le parquet belge insiste bien là-dessus : plusieurs personnes impliquées dans les attentats n'ont toujours pas été formellement identifiées, tels deux des trois kamikazes du Stade de France qui utilisaient des passeports syriens douteux."

Les explications d'Antoine Mariotti

"Comme ils ont utilisé de fausses pièces d’identité, il va falloir trouver d’autres systèmes pour déterminer qui sont ces deux personnes qui semblent être assez importantes dans le réseau, observe Roland Jacquard. On sait que Daech [acronyme arabe de l’EI] a un véritable service de faussaires, qui prend les passeports des Européens et les modifie pour les fournir à des cadres de l’organisation. Cette annonce survient en tout cas au moment où l’Union européenne s’est mise d’accord pour tracer les passagers qui vont voyager en Europe grâce au dispositif PNR."

>> À lire sur France 24 : "Les ministres européens de l'Intérieur s'accordent sur un fichier sur les passagers aériens"

Avec AFP
 

Première publication : 04/12/2015

  • ATTAQUES À PARIS

    Attentats de Paris : une possible réouverture du Bataclan fin 2016, selon ses programmateurs

    En savoir plus

  • ATTAQUES À PARIS

    Attentats de Paris : trois mosquées ont été fermées pour "motif de radicalisation"

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Attentats de Paris : deux nouveaux suspects inculpés en Belgique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)