Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

#ActuElles

Le Pen - Macron : leurs priorités sur les droits des femmes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le pape François en Égypte : un "voyage de paix"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la croissance toujours modérée

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 7h45.

Dernière modification : 23/12/2015

Gilles Kepel : les attentats de Paris ont été "écrits" en 2005

© Capture d'écran France 24

France 24 reçoit Gilles Kepel, politologue, spécialiste de l'islam et du monde arabe contemporain, qui publie "Terreur dans l’Hexagone, genèse du jihad français" (Ed. Gallimard).

Dans son livre "Terreur dans l’Hexagone, genèse du jihad français", Gilles Kepel revient sur le jihad en France et sur les attentats qui ont frappé la France en janvier et en novembre 2015. Pour ce spécialiste de l'islam, l’année 2005 a été fondatrice.

"Nous sommes arrivés à cette situation terrible d’une manière qui était écrite, si j’ose dire", explique Gilles Kepel. "En effet, il y a dix ans, en janvier 2005, Abou-Moussab Al Souri, un Syrien passé par la France pour faire des études et ensuite marié à une Espagnole, a mis en ligne un traité en arabe : 'Appel à la résistance islamique mondiale'", explique-t-il. Dans ce traité, le prédicateur syrien a théorisé ce qui deviendrait le nouveau mode opératoire des jihadistes.

Abou-Moussab Al Souri "prend le contre-pied de Ben Laden et de son jihadisme pyramidal qui ne mobilise pas les masses", analyse Gilles Kepel. L'islamiste invite à "passer par le bas, à viser principalement comme exécutants des jeunes issus de l’immigration ou récemment convertis dans les pays européens et il considère que l’Europe est le ventre mou de l’Occident".

Le politologue note par ailleurs que Youtube, Facebook et Twitter ont permis de "créer des communautés de base qui permettront à ce jihadisme qui fonctionne comme un essaim d’abeille de prospérer et de proliférer".

 

Par Jean-Karim FALL

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/04/2017 guerre

Centrafrique : le regard du photojournaliste William Daniels

Un président de la République française l’a un jour qualifié de "chevalier". C'était en 2011, après qu'il eut arraché sa consœur blessée, Edith Bouvier, à l'enfer de Baba Amr,...

En savoir plus

17/04/2017 Bénin

Patrice Talon : "dévaluer le franc CFA n’apporterait que plus de misère au Bénin"

Patrice Talon est notre invité, un an après son élection à la présidence de la République du Bénin. Il s’estime satisfait des "réformes structurelles et de l’action économique"...

En savoir plus

18/04/2017 Corée du Nord

Lassina Zerbo : "Nous ne sommes pas loin d’une catastrophe dans la péninsule coréenne"

La question du nucléaire revient régulièrement sur le devant de la scène. Inde, Pakistan, Iran, Israël, Chine ou encore États-Unis... tous s'observent. Mais depuis quelque temps,...

En savoir plus

15/04/2017 Photographie

"La France vue d'ici" : un regard engagé sur la société

Il est une France que l’on voit rarement : celle des petites communes, des banlieues, des territoires ruraux, de Penmarch, dans le Finistère, à Aullène, en Corse, en passant par...

En savoir plus

08/04/2017 Recep Tayyip Erdogan

Jana Jabbour : "Les Turcs ont adopté la stratégie du grand écart"

Les virements et les revirements de la diplomatie turque, les imprécations douteuses comme les réconciliations soudaines de son président Recep Tayyip Erdoğan sont-ils la marque...

En savoir plus