Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

Economie

Riyad dévoile un déficit budgétaire record

© AFP | L'Arabie saoudite a dévoilé son projet de budget 2016 pour combattre un déficit record de 89,2 milliards d'euros cette année.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/12/2015

L'Arabie saoudite a dévoilé, lundi, un budget comportant des mesures inédites d'austérité pour lutter contre un déficit budgétaire record en 2015 à cause de la chute des prix du pétrole et de son intervention militaire au Yemen.

L'Arabie saoudite a mal à ses finances. Riyad a dévoilé, lundi 28 décembre, un déficit budgétaire record de 89,2 milliards d'euros, qui oblige le riche royaume pétrolier à placer son budget 2016 sous le signe inédit de l'austérité. Ce n'est que la troisième fois depuis 2002 que la balance budgétaire du pays est négative.

Le royaume a, du coup, précisé qu'en 2016 le prix de l'essence allait augmenter de 40 %. D'autres scénarios pour sortir du rouge sont aussi à l'étude. Les Saoudiens pourraient subir une hausse des tarifs de l'eau et de l'électricité. Le pouvoir envisage également la mise en place d'une TVA. Riyad a, en revanche, promis de ne pas toucher au budget de l'éducation, de la recherche et de ne pas revoir à la baisse les projets d'investissement, notamment dans les infrastructures, déjà actés.

667 milliars d'euros de réserves

Ces coupes dans les dépenses sont rares pour la monarchie wahhabite, habituée à voir son train de vie largement couvert par la manne pétrolière. Mais la dégringolade du prix de l'or noir depuis le printemps 2014 a fortement pesé sur les finances du pays. Surtout que Riyad n'a pas, dans un premier temps, ajusté ses dépenses à la nouvelle donne tarifaire sur le marché du brut. Une situation que l'Arabie saoudite a contribué à créer pour sauvegarder ses parts de marché face à la menace, notamment, du pétrole de schiste américain. Le pouvoir a également assuré, lundi, que l'intervention militaire au Yémen avait coûté davantage que prévu.

L'Arabie saoudite a, en fait, les moyens de son déficit. Le pays est loin d'un scénario à la grecque. Le royaume a pu piocher sans trop souffrir dans ses réserves pour combler son trou budgétaire et continuer à mener une généreuse politique de dépenses sociales. Riyad a ainsi prélevé dans son trésor pétrolier 73 milliards de dollars sur un total de 667 milliards d'euros (fin 2014).

Le pouvoir a même été plus économe que prévu l'an dernier. La plupart des observateurs de l'Arabie saoudite s'attendait à ce que le déficit s'élève à 20 % du PIB en 2015 alors qu'il n'a été que de 16 %. La déficit record saoudien a, donc, rassuré les investisseurs qui n'ont pas sanctionné le pays sur les marchés financiers. La plupart des valeurs saoudiennes pointaient même à la hausse lundi après les annonces du gouvernement.

Première publication : 28/12/2015

  • ARABIE SAOUDITE

    L'Arabie saoudite forme une coalition islamique anti-terroriste de 34 pays

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    Les États-Unis produisent plus de pétrole que l’Arabie saoudite

    En savoir plus

  • ÉNERGIE

    Chute du prix du pétrole : à quoi joue l'Arabie saoudite ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)