Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Moyen-Orient

Dix chefs de l'EI tués en Syrie et en Irak, dont deux liés aux attentats de Paris, selon le Pentagone

© ECPAD, AFP | Les raids de la coalition menée par les États-Unis en Irak et en Syrie ont provoqué la mort de plusieurs dirigeants de l'EI.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/12/2015

Selon un porte-parole du Pentagone, 10 dirigeants de l'organisation État islamique ont été abattus lors de raids menés par la coalition en Irak et en Syrie. Certains des jihadistes tués seraient liés aux attentats de Paris.

Le Pentagone a annoncé mardi que la coalition avait tué 10 chefs de l’organisation État islamique (EI) dans les raids de la coalition conduite par les États-Unis, en Syrie et en Irak, au cours du mois écoulé. "[...] Nous avons tué 10 personnalités dirigeantes de l'EI dans des frappes aériennes ciblées, y compris plusieurs organisateurs d'attentats à l'étranger, dont certains étaient liés aux attaques de Paris", a déclaré le colonel de l'US Army Steve Warren.

Mouadan "préparait d'autres attaques"

Parmi les individus tués, deux d'entre eux seraient liés aux attentats de Paris et de Saint-Denis le 13 novembre dernier en France, selon Washington. Le Français Charaffe al-Mouadan, un combattant de l'EI "lié directement" au jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, instigateur présumé des attentats de Paris, a été tué en Syrie, a affirmé mardi le colonel américain Steve Warren, porte-parole de la coalition anti-EI.

Mouadan, tué le 24 décembre, "préparait activement d'autres attaques", a affirmé le colonel. Il était l'ami de l'un des kamikazes du Bataclan, Samy Amimour, et était allé en Syrie en août 2013, alors qu'il avait été mis en examen en France mais laissé libre sous contrôle judiciaire.

Radicalisé sur internet

Charaffe al-Mouadan est né le 15 octobre 1989 de deux parents marocains à Bondy, dans la banlieue nord-est de Paris. C'est à Drancy, non loin de là, qu'il a passé sa jeunesse et qu'il a été arrêté en octobre 2012 alors qu'il s'apprêtait à partir avec deux amis de son quartier (Samy Amimour et Samir Bouabout) au Yémen ou en Afghanistan via la Somalie. Le trio s'est radicalisé sur Internet.

Mouadan avait préparé son projet de départ en prenant des cours de tir sportif dans un club de la police à Paris à partir de mars 2012, a confié une source proche du dossier à l'AFP.

Un autre des dirigeants présumés de l'EI tués, Abdoul Kader Hakim, était chargé de faciliter les opérations extérieures de l'EI et avait des liens avec le réseau des auteurs des attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés. Il a été tué le 26 décembre lors d'un raid à Mossoul, a indiqué l'officier américain.

Avec AFP

Première publication : 29/12/2015

  • IRAK

    Reprise de Ramadi : "La dynamique offensive de l’EI en Irak est cassée"

    En savoir plus

  • IRAK

    L'armée irakienne annonce avoir totalement "libéré" Ramadi de l'EI

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentats de Paris : les dernières révélations de l'enquête

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)