Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Les Centrafricains aux urnes pour élire leur président et leurs députés

© Issouf Sanogo, AFP | Dans ce pays de 4,8 millions d'habitants, essentiellement rural, les Centrafricains se sont massivement inscrits sur les listes électorales.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/12/2015

La Centrafrique vote mercredi pour désigner son président et ses députés alors que les violences communautaires ont fait des milliers de morts et entraîné le pays dans une crise sans précédent.

Les Centrafricains votent mercredi 30 décembre pour les élections présidentielle et législatives. Une étape importante censée les sortir de trois ans de violences intercommunautaires qui ont entraîné ce pays très pauvre dans une crise sans précédent.

À Bangui, la capitale, de nombreux bureaux ont ouvert avec retard, notamment dans l'enclave musulmane du PK-5, où les opérations ont débuté en milieu de matinée à l'école de Koudoukou, cible de tirs de roquettes le 13 décembre lors du référendum constitutionnel.

Trente candidats briguent la présidence. En l'absence de sondage d'opinion, il est difficile de prédire qui l'emportera. Parmi les candidats les plus en vue figurent les anciens Premiers ministres Anicet-Georges Dologuélé (1999-2001), soutenu par le parti de l'ex-président François Bozizé, et Martin Ziguélé (2001-2003). Ce dernier a reçu mardi un soutien de taille avec le ralliement à sa candidature des milices chrétiennes "anti-balaka".

Les membres ou anciens membres du gouvernement de transition, au premier rang desquels la présidente intérimaire Catherine Samba-Panza, en place depuis 2014, n'ont pas été autorisés à se présenter.

Les élections à la présidence et à l'Assemblée nationale, plusieurs fois repoussées, étaient à l'origine prévues dimanche. Un problème d'acheminement des urnes et de formation des assesseurs a contraint les autorités à reporter le scrutin de trois jours. En septembre, les troubles qui avaient éclaté dans la capitale, Bangui, avaient également contraint les autorités à repousser le scrutin.

Les Centrafricains inscrits en masse sur les listes électorales

Dans ce pays de 4,8 millions d'habitants, essentiellement rural, les habitants se sont massivement inscrits sur les listes électorales et se pressaient dans les centres électoraux avant le vote pour récupérer leurs cartes, déclarant, unanimes, "vouloir la paix et ne plus entendre le bruit des armes".

Le renversement du président François Bozizé, en mars 2013, par la rébellion à dominante musulmane Séléka de Michel Djotodia, a précipité le pays dans un cycle de violences intercommunautaires qui a culminé fin 2013 par des massacres et le déplacement de centaines de milliers de personnes.

Michel Djotodia a finalement été contraint à la démission début 2014, dans la foulée d'une intervention militaire internationale sous la conduite de la France, ancienne puissance coloniale.

Dirigée depuis par la présidente de transition Catherine Samba-Panza, la Centrafrique a une économie détruite, sous perfusion des bailleurs qui, France en tête, ont poussé à l'organisation rapide d'élections malgré l'insécurité persistante.

Au vu du nombre de candidats, les opérations de dépouillement de ce scrutin et de centralisation des résultats s'annoncent longues. Un éventuel et probable second tour est prévu le 31 janvier.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 30/12/2015

  • CENTRAFRIQUE

    Favoris, "fils de" : les candidats à la présidentielle en Centrafrique

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Vidéo : dernier jour de campagne sous haute sécurité avant la présidentielle en Centrafrique

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Les élections reportées de trois jours en Centrafrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)