Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

FRANCE

La complexe Métropole du Grand Paris voit enfin le jour

© Jacques Demarthon, AFP | Vue du 16e arrondissement de Paris avec le quartier d'affaires de la Défense au second plan.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/01/2016

La Métropole du Grand Paris voit officiellement le jour vendredi. Composé de 131 communes, ce regroupement de départements s’est attiré l'hostilité de Valérie Pécresse, la présidente de l'Île-de-France, qui voit dans ce projet une "aberration".

La Métropole du Grand Paris (MGP), censée donner à la capitale française des allures de géante à l’image de Londres ou Shanghai, voit officiellement le jour vendredi 1er janvier. Ce projet, né dans la douleur, a pour ambition de mettre sur pieds une intercommunalité de consensus chapeautée par un pouvoir politique.

Créée par la loi Maptam (affirmation des métropoles) du 27 janvier 2014 et retouchée par la loi NOTRe (réforme territoriale) du 7 août 2015, la MGP regroupe 131 communes : Paris, les 123 communes des départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne), une commune du Val-d'Oise (Argenteuil) et six de l'Essonne. Elles seront rassemblées en 12 territoires remplaçant les agglomérations déjà existantes. Le périmètre concerné abrite plus de sept millions d'habitants.

Afin de préparer ce rapprochement, chaque commune de la MGP doit élire des conseillers - ce qu’a déjà fait Paris le 15 décembre - qui constitueront un "Conseil de la Métropole" de 209 élus, nommés "conseillers métropolitains". Ce conseil prendra ses fonctions le 22 janvier et élira son président. Le nom de Patrick Ollier, député-maire de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), circule avec insistance, bien que ce dernier refuse pour l’heure de s'exprimer officiellement.

Combattre les inégalités

L'idée qui avait prévalu à la création de cette mégalopole était de régler les problèmes de la zone dite "dense" de l'agglomération parisienne, réputée pour sa pénurie de logements. En théorie, ce Grand Paris est ainsi censé apporter des logements plus nombreux et meilleur marché à l’ensemble des communes concernées, en confiant le pouvoir d'urbanisme à la métropole et non plus aux mairies. En outre, la MGP devrait favoriser la solidarité entre des territoires très inégaux et permettra une plus grande égalité entre les habitants des zones dites riches et ceux des zones plus pauvres, via une distribution des richesses au travers d'une caisse commune.

Néanmoins, ce projet ambitieux va, pour l’heure, devoir se contenter d’un démarrage modeste. Les tiraillements politiques et la dernière modification apportée cet l'été ont en effet limité le budget et les compétences de la nouvelle administration. Dans un premier temps, en 2016, le Grand Paris s’occupera d’environnement et de développement économique. Puis viendront l'aménagement et le logement, au cœur du projet, en 2017. La MGP exercera pleinement ses fonctions en 2020.

Le "problème immédiat et très compliqué" de la Métropole sera sa "tuyauterie budgétaire et fiscale", a estimé Gilles Carrez, député-maire (Les Républicains - LR) du Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne), cité par l’AFP.

"Aberration administrative et économique"

Cette nouvelle métropole dispose d’un budget propre de 65 millions d'euros. Particularité du projet : l’un des chantiers phares, les transports en commun, ne relèvera pas de la compétence de la MGP. Ces travaux, qui prévoient la création de nouvelles lignes de métro et l’agrandissement d’autres, resteront pilotés par le STIF (Syndicat des transports d'Île-de-France). Quant au Grand Paris Express, ce nouveau métro automatique de rocade d’une longueur de 205 kilomètres qui desservira 72 gares, il sera chapeauté par la Société du Grand Paris, un établissement public créé par l’État.

La nouvelle présidente Les Républicains du conseil régional d'Ile-de-France, Valérie Pécresse, ne voit pas d'un très bon œil ce nouveau Grand Paris. Elle s’est farouchement opposée à ce projet dès son discours inaugural le 18 décembre, affirmant qu’il s’agissait d'un "contre-sens historique" et d'une "aberration administrative et économique". Pour Valérie Pécresse, qui estime que la métropole c'est la Région, le MGP laisse de côté plusieurs millions de Franciliens.

Une position qui pose des questions sur la future cohabitation entre le Conseil régional et le Grand Paris...

Première publication : 01/01/2016

  • FRANCE

    La Seine-Saint-Denis, atout force de la candidature de Paris aux JO 2024

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Conseil de Paris rejette le projet de la tour Triangle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)