Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

EUROPE

Agression de militaires à Valence : la piste terroriste écartée

© Patrick Gardin, AFP | Des policiers et militaires français devant la mosquée de Valence, où un homme a agressé des militaires le 1er janvier 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/01/2016

Le principal suspect de l'agression de quatre militaires à Valence a été mis en examen dimanche "pour tentatives d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique". Le procureur a annoncé que la piste terroriste avait été écartée.

L’homme qui a lancé son véhicule contre des militaires postés devant la mosquée de Valence (Drôme) a été mis en examen dimanche 3 janvier "pour tentatives d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique", a indiqué le parquet.

Un mandat de dépôt a été requis à son encontre, a précisé le procureur de la République de Valence, Alex Perrin. "Le juge d'instruction s'est déplacé à l'hôpital pour la mise en examen car le forcené est toujours hospitalisé", a-t-il précisé.

Le magistrat avait déclaré lors d'une conférence de presse samedi que l'homme avait agi seul et ne semblait pas avoir de liens avec des réseaux jihadistes.

"Ni arme ni document en relation avec une éventuelle appartenance à un radicalisme religieux ou à des mouvances terroristes" n'ont été retrouvés dans son véhicule, avait ajouté le procureur.

Images de propagande jihadiste

Plus tard dans la soirée, Alex Perrin avait toutefois indiqué que des "images de propagande jihadiste" avaient été retrouvées sur l'ordinateur du forcené, confirmant ainsi une information du Dauphiné Libéré. "Ce sont des images qui peuvent être tout à fait trouvées par n'importe qui sur internet", avait-il déclaré à l'AFP sans préciser s'il s'agissait de propagande de l'organisation de l'État Islamique.

Le matériel informatique du forcené a été saisi par les enquêteurs lors d'une perquisition à son domicile à Bron, aux portes de Lyon.

Vendredi après-midi, aux abords de la mosquée de Valence, commune du sud-est de la France, entre deux offices, un homme de 29 ans a foncé en voiture sur quatre militaires chargés de surveiller l’édifice religieux. Les soldats ont ouvert le feu lors du second assaut de l'automobiliste.

Sérieusement blessé à une jambe et un bras, l’homme a été opéré vendredi soir et son audition ne faisait que commencer samedi au moment de la conférence de presse du procureur en début d'après-midi. Sa garde à vue doit être prolongée, a annoncé Alex Perrin.

"Tuer des militaires parce que les militaires tuent des gens"

Bien qu’aucun élément ne permette de relier l’homme à un réseau quel qu’il soit, le procureur de Valence a évoqué "un lien avec une certaine religiosité" car l’homme aurait proféré "Allah est grand" au moment des faits.

>> À lire sur France 24 : "Vœux de François Hollande : "Nous n’en avons pas terminé avec le terrorisme""

"Lorsqu'il a été pris en charge par les services de secours, il a tenu des propos assez confus indiquant tantôt qu'il souhaitait tuer des militaires parce que les militaires tuaient des gens [...] et, d'autre part, qu'il souhaitait se faire tuer par des militaires", a encore indiqué Alex Perrin.

"Sans lien particulier avec une mouvance islamique"

Le procureur pense que le jeune homme a agi "en solitaire et sans lien particulier avec une mouvance" islamique. C'est "un musulman pratiquant, mais pas radical", qui "fréquentait la mosquée de Bron et occasionnellement la mosquée de Valence", où vit sa belle-famille.

Il "n'est pas signalé pour des appartenances à des groupes radicaux ou religieux". L'examen de son passeport n'a pas fait apparaître de voyages ailleurs qu'en Tunisie.

La justice s'interroge sur sa "santé mentale", mais l'homme n'aurait pas fait de séjour en établissement psychiatrique.

Acte prémédité ?

Une information judiciaire pour "tentative d'homicide sur personnes dépositaires de l'autorité publique" sera ouverte dimanche à Valence.

"On s'interroge pour savoir si c'est un acte prémédité", auquel cas l'information serait requalifiée en "tentative d'assassinat", a précisé le magistrat.

Selon Nicolas Daragon, le maire de Valence, une vingtaine de militaires sont déployés en permanence à Valence, où ils patrouillent entre les lieux de culte et les bâtiments des institutions locales dans le cadre de l'opération Sentinelle.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 02/01/2016

  • TERRORISME

    Réveillon du Nouvel An sous haute sécurité à Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des manifestants saccagent une salle de prière musulmane à Ajaccio

    En savoir plus

  • FRANCE

    France : mise en examen d'un couple de Montpellier soupçonné de préparer un attentat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)