Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hillary Clinton, à contrecœur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La folie terroriste"

En savoir plus

EUROPE

L'UE menace de placer Varsovie sous surveillance après le vote d'une loi sur les médias

© Janek Skarynski, AFP | Le président polonais Andrzej Duda devant le Parlement, à Varsovie, le 12 novembre 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/01/2016

L'Union européenne menace de sanctionner la Pologne qui a adopté la semaine dernière une loi jugée liberticide pour la presse. Les dirigeants des médias publics seront désormais choisis et révoqués par le gouvernement.

Dimanche 3 janvier, le commissaire européen au Numérique, l'Allemand Günther Oettinger, a menacé Varsovie d'enclencher une procédure inédite pour violation des valeurs fondamentales de l'Union européenne. Il reproche à la Pologne d'avoir adopté une loi soumettant les médias publics au contrôle du parti conservateur au pouvoir.

"Beaucoup de choses plaident pour que nous activions le ‘mécanisme d'État de droit’ et que nous placions Varsovie sous surveillance", a déclaré Oettinger à l'édition dominicale du journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ).

Dans un communiqué, un porte-parole de la Commision européenne a d'ores et déjà annoncé que le président Junker a fixé au 13 janvier la tenue d'un débat "sur la situation de l'État de droit en Pologne".

Mercredi et jeudi, les députés et sénateurs polonais ont approuvé une loi controversée qui met fin aux mandats des dirigeants de la télévision et de la radio publiques. C'est désormais le ministre du Trésor - le parti au pouvoir, donc - qui aura la compétence de nommer et de révoquer les nouveaux chefs des médias publics. Jusqu'à présent, ils étaient choisis selon une procédure supervisée par le Conseil national de l'audiovisuel (KRRiT).

"Rationaliser et baisser les frais de gestion"

Selon PiS, le parti conservateur au pouvoir depuis deux mois, ces changements conduiront "à rationaliser et à baisser les frais de la gestion des sociétés de radio et télévision publiques, ainsi qu'à retrouver les standards professionnels et éthiques nécessaires pour réaliser la mission publique". Pour l'opposition polonaise, il s'agit tout simplement d'une prise de contrôle direct de ces médias par le pouvoir.

Si la Pologne, dans le viseur de l'UE, ne réagit pas aux propositions de changements formulées par la Commission européenne, cette dernière pourra donc entamer une "procédure pour atteinte aux valeurs fondamentales européennes", explique le journal FAZ. "Cela ne s'est pas encore produit mais" les sanctions prononcées peuvent "aller jusqu'au retrait (au pays incriminé) du droit de vote" au sein du Conseil européen.

"Un directeur (de radio ou de télévision publiques) ne peut pas être licencié sans raisons. Ce serait arbitraire", a insisté Günther Oettinger. "La liberté et le pluralisme des médias sont cruciaux [...] dans un État respectueux des valeurs communes [de 'UE]", a indiqué de son côté le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans.

Démission de plusieurs patrons de chaînes

Les patrons de plusieurs chaînes de la télévision publique TVP ont présenté leur démission, juste après l'adoption de la loi, notamment les directeurs de deux chaînes généralistes TVP1 et TVP2, ainsi que les responsables de la chaîne culturelle TVP Kultura, de l'Agence d'informations TAI et du bureau des ressources humaines de la TVP.

L'approbation de cette loi a suscité un tollé international. Plusieurs organisations de médias comme l'Union européenne de Radio-Télévision (UER/EBU), l'Association des journalistes européens (AEJ) et Reporters sans frontières (RSF) ont exprimé leur "indignation" face à ces dispositions, et le vice-président de la Commission européenne a demandé des explications à Varsovie.

Dans une lettre au ministre polonais de la Culture, l'Association des journalistes européens s'est déclarée "profondément préoccupée". Ces changements "placeront la télévision et la radio publiques sous contrôle direct du gouvernement, impliquant le licenciement pour des raisons politiques de journalistes respectés, et conduiront à une ingérence éditoriale systématique dans le contenu des émissions, en faveur de l'actuel gouvernement", a affirmé l'association, une ONG reconnue par l'Unesco et le Conseil de l'Europe.

Avec AFP

Première publication : 03/01/2016

  • POLOGNE

    Pologne : majorité absolue pour les conservateurs d'après un sondage sortie des urnes

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Le conservateur Andrzej Duda remporte la présidentielle polonaise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)