Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Bahreïn, les Émirats et le Soudan rappellent leurs ambassadeurs à Téhéran

© Behrouz Mehri, AFP | L'exécution d'un dignitaire chiite en Arabie saoudite a provoqué de graves tensions diplomatiques avec l'Iran.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2016

Après l'Arabie saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Soudan ont rappelé lundi leurs ambassadeurs à Téhéran. Ces tensions diplomatiques interviennent après l'exécution samedi à Riyad d'un dignitaire chiite.

En soutien à l’Arabie saoudite, le Bahreïn et le Soudan, des alliés sunnites de la région, ont annoncé  lundi 4 janvier la rupture de leurs relations diplomatiques avec l'Iran. Vingt-quatre heures auparavant, Riyad ouvrait la marche avec une décision similaire. Les Émirats arabes unis, eux, ont également rappelé leur ambassadeur en Iran sans pour autant rompre totalement les liens diplomatiques.

Ces décisions visent à soutenir Riyad, qui a exécuté samedi un dignitaire chiite, Nimr al-Nimr. Après sa mort, des attaques de représailles ont eu lieu à Téhéran contre des missions diplomatiques saoudiennes.

Bahreïn, dirigé par une dynastie sunnite qui entretient des liens étroits avec Riyad, a demandé à tous les diplomates iraniens de quitter le royaume "sous 48 heures", a ajouté l'agence. Le pouvoir sunnite à Bahreïn fait preuve d'une extrême fermeté à l'égard des opposants notamment chiites mais nie toute discrimination envers cette communauté.

Abou Dhabi, de son côté, a expliqué son geste par l'ingérence iranienne dans les affaires saoudiennes. Après avoir rappelé leur ambassadeur, les Émirats ont également annoncé vouloir "réduire le nombre de diplomates iraniens" dans leur pays.

L'exécution par Riyad du cheikh Nimr al-Nimr a provoqué des manifestations parmi les communautés chiites du monde arabo-musulman, y compris à Bahreïn, où des heurts ont éclaté dimanche entre des manifestants chiites et la police.

Avec AFP

Première publication : 04/01/2016

  • ARABIE SAOUDITE

    L'escalade entre l'Iran et l'Arabie saoudite risque d’alimenter les guerres par procuration

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Riyad annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran

    En savoir plus

  • IRAN

    L'ambassade d'Arabie saoudite à Téhéran attaquée par des manifestants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)