Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Arabie saoudite suspend ses relations commerciales avec l'Iran

© Bilal Qabalan, AFP. | Riyad, la capitale du royaume d’Arabie saoudite.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2016

Après avoir rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran dimanche, l'Arabie saoudite a annoncé lundi la suspension de ses liaisons aériennes et de tous ses liens commerciaux avec la République islamique.

Le ton monte entre Riyad et Téhéran. Le ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir, a annoncé, lundi 4 janvier, la suspension des relations commerciales ainsi que des liaisons aériennes, entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite. Si les ressortissants saoudiens ne sont plus autorisés à se rendre en Iran, les pèlerins iraniens restent les bienvenus à La Mecque et à Médine, a-t-il précisé à Reuters. La veille, Riyad avait annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran

>> À lire aussi : Les jihadistes de l’EI, grands gagnants des tensions entre Riyad et Téhéran

L'Iran devra se comporter comme "un pays normal" et respecter les règles internationales si les autorités de Téhéran veulent que les relations entre les deux pays soient rétablies, a indiqué le chef de la diplomatie saoudienne. Et de dénoncer la "politique iranienne agressive" menée depuis des années envers son pays. Il a affirmé que le cheikh chiite Nimr al-Nimr, exécuté samedi, était un "terroriste" impliqué dans des attentats. L'Arabie saoudite, a-t-il estimé, devrait être applaudie pour cette exécution, au lieu d'être critiquée. Après sa mort, des attaques de représailles ont eu lieu à Téhéran contre des missions diplomatiques saoudiennes.

La communauté internationale appelle au dialogue et au calme

Craignant des conséquences imprévisibles dans ce dossier, la Russie s'est déclarée  "profondément préoccupée" et "prête à soutenir" un dialogue entre les deux pays, deux pôles d'influence dans la région tourmentée du Proche-Orient. Les États-Unis, alliés des Saoudiens mais qui se sont aussi rapprochés des Iraniens à la faveur de l'accord sur le nucléaire conclu en juillet, ont également appelé, par la voix du secrétaire d'État américain John Kerry, à "des mesures positives pour calmer les tensions".

La France et l'Allemagne ont également plaidé pour une désescalade après que Bahreïn et le Soudan ont, comme Ryad, annoncé la rupture de leurs relations avec l'Iran. Les Émirats arabes unis ont, eux, rappelé leur ambassadeur à Téhéran et réduit les liens diplomatiques.

Avec Reuters

Première publication : 04/01/2016

  • ARABIE SAOUDITE

    L'escalade entre l'Iran et l'Arabie saoudite risque d’alimenter les guerres par procuration

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Riyad annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran

    En savoir plus

  • IRAN

    L'ambassade d'Arabie saoudite à Téhéran attaquée par des manifestants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)