Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Asie - pacifique

Les bourses chinoises fermées en catastrophe après une chute de 7 %

© Johannes Eisele, AFP | Après la publication de mauvais indicateurs sur l'économie chinoise, les marchés boursiers du pays se sont effondrés.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2016

Les échanges boursiers de Shanghai et Shenzhen ont été arrêtés ce lundi, après une chute de 7 %, conséquence de la publication de mauvais indicateurs sur l'économie chinoise. L'objectif est d'enrayer la folle volatilité des cours.

Les cotations aux Bourses chinoises de Shanghai et Shenzhen ont été arrêtées lundi 4 janvier pour la journée après une chute de 7 % des cours consécutive à la publication de mauvais indicateurs sur l'économie chinoise.

L'effondrement de l'indice CSI300, qui agglomère les performances des 300 principales entreprises cotées sur les deux Bourses, a pour la première fois déclenché un arrêt anticipé des échanges, conséquence d'un nouveau règlement des autorités de régulation. Les échanges avaient déjà été interrompus une première fois pour 15 minutes, ce qui n'avait pas réussi à stopper la baisse.

L'objectif est d'enrayer la folle volatilité des cours et d'éviter que se répète le spectaculaire krach de l'été dernier. Les "coupe-circuits" visant à empêcher ces accès subits de volatilité étaient en vigueur pour la première fois sur les marchés chinois ce lundi.

>> À lire sur France 24 : Six chiffres pour comprendre la crise boursière en Chine

La chute s'est produite alors que l'activité manufacturière s'est de nouveau contractée dans la deuxième économie mondiale en décembre, pour le cinquième mois consécutif.

"Le marché est inquiet de la levée prochaine d'une règle qui empêche les actionnaires de vendre", a par ailleurs indiqué à l'AFP Zhang Gang, analyste de Central China Securities. "La pression va continuer à peser sur le marché dans les jours qui suivent", a-t-il souligné.

À la suspension des échanges, l'indice composite shanghaïen avait cédé 6,85 %, ou 242,52 points, à 3 296,66 points.

À la Bourse de Shenzhen, l'indice s'était effondré de 8,19 %, à 2.119,90 points.

En cas d'oscillation extrêmement rapide, si l'indice CSI300, dont les poids lourds incluent les géants pétroliers et bancaires du secteur étatique, perd ou gagne 7 %, les échanges sont suspendus pour le reste de la séance afin d'éviter des "risques systémiques", c'est-à-dire un effet de panique.

Les titres individuels pouvaient jusqu'à présent fluctuer de 10 % maximum en séance.

Avec AFP

Première publication : 04/01/2016

  • CHINE

    L'économie chinoise poursuit sa chute et fait trembler les Bourses mondiales

    En savoir plus

  • CHINE

    Bourse : pourquoi le lundi noir chinois s’est propagé au reste du monde

    En savoir plus

  • CHINE

    La baisse de la Bourse de Shanghai destabilise les marchés financiers mondiaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)