Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

POLITIQUE

« Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux »

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matthew McConaughey en pleine guerre de Sécession dans "Free State of Jones"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Porto Rico, le virus Zika se propage à grande vitesse

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Quand les séries télé fabriquent des héros géopolitiques

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un président en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

FRANCE

Attentats contre Charlie Hebdo : retour sur les trois jours qui ont bouleversé la France

© Jacques Demarthon, AFP. | Un an après les attentats, "Charlie Hebdo" a sorti un numéro spécial.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2016

La France commémore le 7 janvier les attentats perpétrés il y a un an exactement contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher. Retour sur les trois jours qui ont marqué le pays.

Du massacre de Charlie Hebdo à l'assaut contre l'Hyper Cacher, les attentats du 7 au 9 janvier ont fait basculer dans une nouvelle ère la France, confrontée à l'ampleur de la menace jihadiste. Ils ont également révélé certaines tensions au sein de la société. Un an après, l'enquête sur ces tueries laisse de nombreuses questions sans réponse, notamment sur les liens des trois assassins avec des groupes terroristes à l’étranger. Retour sur les faits.

7 JANVIER

"On a vengé le prophète Mohammed ! On a tué Charlie Hebdo !" C’est par ce cri que Saïd et Chérif Kouachi quittent le siège de l'hebdomadaire satirique, mercredi 7 janvier en fin de matinée. Ils laissent derrière eux 12 corps sans vie.

Un peu plus tôt, vers 11 h 30, les deux frères avaient pénétré les locaux du magazine situés au 10 rue Nicolas-Appert dans le XIe arrondissement. Le visage dissimulé par des cagoules, ces islamistes radicaux déjà fichés assassinent onze personnes dans les locaux de Charlie Hebdo, dont des figures du dessin de presse, Cabu, Wolinski, Tignous, Charb, Honoré, mais aussi un invité du journal, un agent d'entretien et un policier. Une douzième victime est abattue à l’extérieur, un second policier.

Les deux tueurs s’enfuient ensuite à bord d’une voiture vers le nord-est de Paris. À deux reprises, ils tombent sur une patrouille de police et le face-à-face donne lieu à de nouvelles fusillades. Ils changent de véhicule au cours de leur cavale en braquant un automobiliste. À ce dernier, ils disent : "Si on t'interroge, tu diras : c'est Al-Qaïda au Yémen".

Dans le même temps, le plan Vigipirate est relevé au niveau le plus élevé, "alerte attentat", en Île-de-France. Des perquisitions sont menées tout au long de l’après-midi à Strasbourg, en région parisienne, à Reims et Charleville-Mézières. Elles donnent lieu à des premières gardes à vue dans l'entourage des auteurs du massacre qui sont désormais identifiés par les enquêteurs et recherchés. On apprend également que Chérif Kouachi est un jihadiste déjà condamné en 2008.

Qui étaient les frères Kouachi ?

Très vite, l’émotion gagne la Toile et le slogan "Je suis Charlie" se répand. Les réactions d’officiels, de célébrités et d’anonymes se multiplient à travers le monde. Le soir même, des rassemblements sont organisés en France mais aussi dans des capitales européennes, à New York ou encore au Canada.

8 JANVIER

En début de journée, une policière municipale est tuée et un agent municipal grièvement blessé à Montrouge dans les Hauts-de-Seine près de Paris, lors d'une fusillade dont l'auteur présumé s'enfuit. Le parquet antiterroriste est saisi.

Les frères Kouachi sont reconnus par le gérant d’une station-service de Picardie, qu’ils ont agressé. Le Raid et le GIGN se déploient, pour la première fois conjointement, en Picardie, placée également sous "alerte attentat". Neuf personnes au total sont en garde à vue. Une vaste zone rurale et boisée à quelque 80 km au nord-est de Paris, à cheval entre l'Aisne et l'Oise, est passée au peigne fin avec l'aide d'hélicoptères.

Pendant ce temps, l’hommage à Charlie Hebdo se poursuit : les journaux s'habillent de noir, des anonymes déposent fleurs, crayons, bougies ou messages près du siège de la publication. À midi, la France observe une minute de silence et le glas sonne à Notre-Dame de Paris. La tour Eiffel s'éteint quelques instants à 20 h.

9 JANVIER

Vers 8 h, la traque reprend et se déplace en Seine-et-Marne, à l'est de Paris quand éclate une fusillade nourrie à un barrage entre policiers et les frères Kouachi. Saïd Kouachi, le plus jeune frère, est légèrement blessé au cou à ce moment. Les fugitifs, lourdement armés, se retranchent avec une personne en otage dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële, une autre personne est présente dans le bâtiment et restera cachée jusqu’à l’assaut final. La petite ville de 8 000 habitants est bouclée par les forces de l'ordre soutenues par trois hélicoptères.

Le suspect de Montrouge est identifié à son tour et deux interpellations ont lieu dans son entourage. Vers midi, plusieurs sources policières affirment qu'une "connexion" a été établie entre le suspect et les frères Kouachi. Vers 13 h, une fusillade éclate porte de Vincennes, dans l'Est parisien, où une prise d'otages est en cours dans une épicerie casher. Le tireur de Montrouge est soupçonné d'être impliqué, selon des sources policières. L'homme est identifié comme étant Amedy Coulibaly, un délinquant multirécidiviste de 32 ans, qui avait rencontré Chérif Kouachi en détention. Il tue quatre personnes au début de la prise d'otages et piège le magasin. Il appelle aussi BFM pour joindre la police, dévoilant que son action était concertée avec celle des frères Kouachi. Il menace d'abattre tous les otages.

Quels liens entre Amédy Coulibaly et les frères Kouachi ?

Peu avant 17 h, après plusieurs heures de confrontation, les policiers et gendarmes d'élite donnent quasi-simultanément l'assaut à Dammartin-en-Goële et à l'Hyper Cacher. À Dammartin, les frères Kouachi sont tués en tentant de sortir en tirant sur les forces de l'ordre. L'otage, qui s'était caché dans une pièce de l'entreprise, au moment de la sortie des deux hommes, est libéré indemne et un membre du GIGN est blessé.

Le 9 janvier, les attentats ont été revendiqués par Nasser Ben Ali Al Anassi, porte-parole d'Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (Aqpa). Il a été tué par une frappe américaine mai 2015.

À lire également sur France 24 le wedocumentaire sur ces trois jours de janvier 2015.

 

Première publication : 06/01/2016

  • FRANCE

    Un an après les attentats de janvier, la France rend hommage aux victimes

    En savoir plus

  • CHARLIE HEBDO

    La nouvelle une de Charlie Hebdo enflamme les réseaux sociaux

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un dieu assassin à la une d'un numéro spécial de "Charlie Hebdo"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)