Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Afrique

Côte d’Ivoire : les raisons de la démission du gouvernement Duncan

© Issouf Sanogo, AFP | Daniel Kablan Duncan était Premier ministre depuis le 21 novembre 2012. Il a remis mercredi la démission de son gouvernement, avant d'être reconduit par le président.

Texte par Alexandre CAPRON

Dernière modification : 06/01/2016

Alassane Ouattara a accepté, mercredi, la démission de Daniel Kablan Duncan et de son gouvernement, avant de reconduire le Premier ministre. Objectif du remaniement : "plus d'efficacité" selon le président... mais pas seulement.

Le remaniement était attendu depuis plusieurs semaines en Côte d'Ivoire, il est désormais effectif. Alassane Ouattara, le président ivoirien, a accepté, mercredi 6 janvier, la démission du Premier ministre Daniel Kablan Duncan et de son gouvernement. Il a ensuite été reconduit dans ses fonctions le Premier ministre et chargé de former un nouveau gouvernement.

"La mise en place du nouveau gouvernement aura comme objectif une plus grande cohésion pour plus d'efficacité dans l'action gouvernementale" a déclaré le président.

La démission du gouvernement Duncan a pu surprendre : le Premier ministre était en poste depuis novembre 2012 et avait été reconduit après la réélection avec 83 % des voix d’Alassane Ouattara pour un second mandat fin octobre.

>> À relire sur France 24 - Alassane Ouattara : "Cette confiance renouvelée, c'est exceptionnel"

Le président ivoirien avait alors expliqué que maintenir la confiance en son gouvernement était une façon de "louer le travail et les réalisations" des ministres durant son premier mandat. Mais il n’avait pas caché ces dernières semaines vouloir "rajeunir" l'équipe gouvernementale et y intégrer notamment plus de femmes (cinq femmes sur 37 ministres et ministres délégués actuellement).

Sanctions ou stratégie politique interne ?

Des observateurs de la presse ivoirienne voient derrière ce remaniement une façon de "sanctionner" certains ministres dans la gestion de plusieurs crises récentes, comme la grogne des universités ou encore le scandale autour de Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale. Mais d’autres y voient avant tout une stratégie politique interne.

"Ce remaniement est à analyser sous l'angle politique avec le débat sur le parti unifié entre le Rassemblement des Républicains (RDR), parti d’Alassane Ouattara, allié avec le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), dirigé par l'ancien président Henri Konan Bédié" explique Edwin Anoma, directeur de publication du journal ivoirien Le Point Sur.

Selon lui, ce remaniement permet à Alassane Ouattara d’écarter les plus vieux ministres, certains présents depuis plus de dix ans, et faire la promotion de nouvelles têtes. Or, selon l’accord entre les deux partis, c’est un homme du PDCI qui doit être candidat à la présidentielle en 2020. "Malgré cela, certains ministres du RDR estiment que la victoire d'Alassane Ouattara doit avant tout leur profiter, pendant que d'autres plus proches du PDCI remettent en question cette prédominance", poursuit Edwin Anoma.

Ainsi, par ce remaniement, "le président ivoirien envoie un message au PDCI en affirmant qu’il compte toujours autant", conclut le journaliste.

La nomination du prochain gouvernement devrait intervenir dans les prochains jours avant le mercredi 13 janvier, pour le prochain Conseil des ministres au palais présidentiel d’Abidjan.

Première publication : 06/01/2016

  • CÔTE D'IVOIRE

    Ouattara accorde la grâce présidentielle à 3 100 détenus de la crise post-électorale

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Côte d'Ivoire : le président Ouattara reconduit son équipe gouvernementale

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Alassane Ouattara : "Cette confiance renouvelée, c'est exceptionnel"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)