Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Economie

Russes et Ukrainiens enfin d’accord... pour dénoncer les vœux de bonne année de Coca

© Eric Piermont, AFP | Coca-Cola a finalement envoyé une lettre d'excuse à l'ambassadeur d'Ukraine aux États-Unis.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/01/2016

Coca-Cola a provoqué l'ire de la Russie, puis de l'Ukraine, en présentant ses vœux pour la nouvelle année sous forme de carte géographique de la région. Comment représenter la Crimée ? Visiblement, Coca ne s'était pas posé la question.

C’est la bulle qui a fait déborder le Coca. La célèbre marque américaine de boisson gazeuse est parvenu à s’attirer l’ire des Russes et des Ukrainiens avec de simples vœux de bonne année.

Il faut dire que pour les souhaiter, Coca-Cola avait opté pour un terrain des plus glissants ce 1er janvier 2016. La marque avait choisi de reproduire sur VK, le Facebook russe, une carte de la Russie aux couleurs des bouteilles de la célèbre boisson. Mais la multinationale a aussi mis les deux pieds dans plat geographico-diplomatique du moment en oubliant d’inclure la Crimée sur la carte. La marque s’est ainsi alignée sur la position des États-Unis, de l’ONU et de l’Europe, qui n’ont pas reconnu l’annexion en 2014 de cette région par Moscou.

Cet “oubli” n’a pas échappé aux potentiels buveurs de coca russes qui estiment, quant à eux, que la Crimée dépend bien de Moscou. Ils ont bombardé la marque de critiques sur les réseaux sociaux. Certains n’ont pas hésité à lancer des appels au boycott à l’encontre du groupe américain.

Du Coca versé dans les toilettes

Coca-Cola a finalement cédé, mardi 5 janvier, et a republié la carte… en intégrant cette fois-ci la Crimée à la Russie. La multinationale est même allée encore plus loin puisqu’elle a ajouté aussi les îles Kourites - qui appartiennent à la Russie mais sont revendiquées par le Japon - et Kaliningrad, une enclave russe isolée du reste du pays et coincée entre la Pologne et la Lituanie.

Ces deux derniers changements n’ont pas fait beaucoup de vagues. En revanche, la présence de la Crimée sur cette carte a fait monter le Coca au nez des Ukrainiens. Le très populiste dirigeant du Parti radical ukrainien Oleh Liachko a promis de ne plus jamais boire de Coca-Cola. Andrii Olefirov, l’ambassadeur ukrainien en Finlande, a usé de sa verve pour dénoncer “une carte illégale”. L'ambassade ukrainienne à Washington a aussi fait parvenir une plainte officielle au siège de Coca à Atlanta. D’autres internautes ont posté sur l’Internet des photos d’eux en train de vider le contenu d’une canette dans leurs toilettes.

Quelques heures après avoir publié la version révisée, et toujours controversée, de leurs vœux de bonne année, Coca-Cola a finalement décidé d’effacer complètement le message. Ils ont même envoyé une lettre à l'ambassade d'Ukraine à Washington pour s'excuser d'une erreur qui serait due à "une agence extérieure". Un second revirement qui peut leur éviter de pousser près de 200 millions de Russes et d’Ukrainiens dans les bras de Pepsi pour une bête histoire de géographie.

Mais Coca-Cola n'est pas la seule multinationale américaine a s'être pris les pieds dans le bourbier ukraino-russe. Quand Google a dû adapter sa carte de la région après l’annexion controversée, il s’est retrouvé à en faire deux versions. Les internautes qui se rendent sur Google Maps depuis la Russie peuvent constater que la Crimée fait partie du territoire national. Pour le reste du monde, la frontière entre cette région majoritairement russophone et l’Ukraine est en pointillée signifiant que le statut en est contesté. Une subtilité diplomatico-technologique dont Coca-Cola aurait pu s’inspirer.

Première publication : 07/01/2016

  • INTERNET

    Une panne électrique géante en Ukraine serait liée à une attaque informatique

    En savoir plus

  • CRIMÉE

    Coupure d'électricité : l'état d'urgence décrété en Crimée

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Ukraine : les séparatistes pro-russes reportent la tenue de leurs élections controversées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)