Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Moyen-Orient

Nouvelles manifestations en Iran contre l'Arabie saoudite

© STR, AFP | Des manifestants ultra-conservateurs iraniens ont scandé des slogans antisaoudiens à la sortie de la prière du vendredi à Téhéran, le 8 janvier 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/01/2016

Une semaine après l'exécution du cheikh Nimr al-Nimr en Arabie saoudite, les rassemblements se poursuivent en Iran. Vendredi, près d'un millier de personnes ont défilé à Téhéran alors que la tension reste vive entre les deux rivaux du Moyen-Orient.

De nouvelles manifestations d'ultra-conservateurs iraniens ont débuté, vendredi 8 janvier, en Iran, après la prière du vendredi pour protester contre l'exécution par l'Arabie saoudite du cheikh chiite Nimr al-Nimr. La tension entre Téhéran et Riyad, les deux grands rivaux du Moyen-Orient, reste forte depuis la mort du dignitiare chiite saoudien début janvier.

>> À voir sur France 24 : "Iran - Arabie saoudite, les conséquences de la rupture"

Environ un millier de manifestants ont défilé à Téhéran aux cris de "mort aux Saoud" [famille régnante en Arabie saoudite, NDLR], "mort à l'Amérique" et "mort à Israël". Certains portaient des photos de Nimr al-Nimr, a constaté un photographe de l'AFP. Des manifestations identiques se sont déroulées dans de nombreuses villes du pays, selon la télévision iranienne.

L’Arabie saoudite fustigée

Un peu plus tôt, l'imam de Téhéran, connu pour son conservatisme, a fustigé l'Arabie saoudite dans un prêche devant des pèlerins. "Dans tous les crimes commis contre les musulmans, il y a trois piliers : les États-Unis, le régime sioniste et l'Arabie saoudite", a déclaré l'ayatollah Mohammad Kashani, selon l'agence Irna."Le régime sioniste planifie, les États-Unis soutiennent et l'Arabie saoudite fournit l'argent nécessaire", a-t-il asséné depuis sa tribune.

Ces nouvelles manifestations interviennent alors que l'Iran a accusé, jeudi, l'aviation saoudienne d'avoir bombardé son ambassade à Sanaa. La coalition arabe conduite par le royaume au Yémen a démenti ces accusations.

>> À voir sur France 24 : "Qui était l'imam chiite Nimr al-Nimr, exécuté en Arabie saoudite ?"

Silence du guide suprême Ali Khamenei

Déjà tendues, les relations entre l'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite ont dégénéré en crise ouverte après l’attaque de l’ambassade saoudienne à Téhéran menée par des manifestants protestant contre l'exécution du dignitaire religieux saoudien Nimr al-Nimr. Riyad, suivi par d'autres monarchies du golfe, a par la suite rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran.

Le président Rohani, les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime islamique et la branche estudiantine de la milice Bassidji ont critiqué l'attaque de l'ambassade et nié toute implication. Mais la division entre les factions politiques était claire dans les médias iraniens, les journaux réformateurs pro-Rohani accusant les radicaux au sein du régime d'alimenter la crise en vue de nuire au chef d'État iranien lors des prochaines législatives prévues le 26 février. Seule voix restée silencieuse jusqu’ici, celle du guide suprême d'Iran, Ali Khamenei.

>> À lire sur France 24 : "Riyad dément avoir bombardé l’ambassade iranienne à Sanaa"

Avec AFP

Première publication : 08/01/2016

  • ENTRETIEN

    Yémen : Riyad dément avoir bombardé l’ambassade iranienne à Sanaa

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Les jihadistes de l’EI, grands gagnants des tensions entre Riyad et Téhéran

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Crise Iran - Arabie saoudite : la presse reproche à la France sa discrétion

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)