Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

L'identité de l'assaillant du commissariat du 18e reste un mystère

© Florian David, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/01/2016

Selon le procureur de Paris, des doutes persistent quant à la véritable identité de l'assaillant qui a attaqué un commissariat du 18e arrondissement parisien, jeudi. L'homme serait connu des services de renseignement mais sous un autre nom.

Le mystère n'est toujours pas levé sur l'identité de l'homme qui a tenté d'attaquer un commissariat de police, jeudi 7 janvier. L'assaillant, qui était armé d'un hachoir, a été abattu par les forces de l'ordre. Sur sa dépouille, la police a retrouvé plusieurs documents, dont un papier sur lequel figurait un drapeau de l’organisation État islamique (EI) et une déclaration d'allégeance à son chef Abou Bakr al-Baghdadi, rédigée en langue arabe.

Selon les premiers éléments de l'enquête, les empreintes digitales de l'assaillant correspondraient à celles d’un ressortissant marocain interpellé en 2013 pour une affaire de vol en réunion à Sainte-Maxime, dans le sud de la France. Il avait alors déclaré s'appeler Ali Sallah. Mais, pour le procureur de Paris, François Molins, des doutes persistent. "Cette identité [Ali Sallah] est contredite par un papier manuscrit" retrouvé sur lui "sur lequel il y a la profession de foi musulmane, un drapeau de Daech dessiné, [...] mais dans son nom il se dit Tunisien et pas Marocain", a affirmé François Molins, vendredi 8 janvier, sur France Inter.

"Il va falloir travailler, déterminer l'identité, puis travailler sur un téléphone qu'on a trouvé, qui est doté d'une puce allemande", a-t-il détaillé.

>> À voir sur France 24 le wedocumentaire sur les attentats de janvier 2015.

Cette agression, un an jour pour jour après l'attentat contre Charlie Hebdo, a eu lieu alors que François Hollande présentait ses vœux aux forces de sécurité à la préfecture de police de Paris, lieu symbolique où il s'était incliné il y a un an sur les cercueils de trois policiers figurant parmi les victimes des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly, auteurs des attentats du 7 au 9 janvier 2015.

>> À lire sur France 24 : "Retour sur les trois jours qui ont bouleversé la France"

Avec AFP

Première publication : 08/01/2016

  • FRANCE

    Attaque d'un commissariat à Paris : la section antiterroriste du parquet de Paris saisie

    En savoir plus

  • FRANCE

    En direct : François Hollande rend hommage aux forces de sécurité, un an après l'attaque de Charlie Hebdo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)