Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

EUROPE

En Catalogne, les partis indépendantistes se mettent d'accord pour former un gouvernement

Artur Mas, président indépendantiste sortant de Catalogne, a annoncé samedi son intention de ne pas briguer un nouveau mandat.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/01/2016

Après des semaines de blocage, Artur Mas, président indépendantiste sortant de la Catalogne, a annoncé samedi son intention de ne pas briguer un nouveau mandat, afin qu'un gouvernement sécessionniste puisse être formé.

Un pas de plus vers l’indépendance catalane. Les indépendantistes catalans ont fait taire leurs divisions, samedi 9 janvier, pour pouvoir former un gouvernement et progresser vers la sécession d'avec l'Espagne, en sacrifiant la candidature du controversé président régional sortant, Artur Mas. Le retrait de la candidature du conservateur, président indépendantiste de la région depuis quatre ans, sort de l'impasse les deux formations séparatistes qui, ces trois derniers mois, avaient été incapables de s'entendre.

L'accord, qui "n'était pas prévu il y a 24 heures" selon Artur Mas, a été conclu après une ultime journée de tractations, avant qu'expire le délai pour la formation d'un gouvernement, dimanche à minuit. Assurant qu'il se sentait "très tranquille" et non pas humilié, il a dit avoir pris cette décision "douloureuse" pour lui, "en mettant au-dessus de tout l'intérêt du pays", sa région aux 7,5 millions d'habitants.

"Le défi indépendantiste"

Le gouvernement conservateur espagnol a immédiatement réagi à cet accord en insistant dans un communiqué sur la nécessité de former un gouvernement qui "dispose d'une base parlementaire ample", notamment pour "faire face au défi indépendantiste".

Une session du parlement régional doit être convoquée pour un vote d'investiture dimanche du nouveau candidat à la présidence de la région, Carles Puigdemont, 53 ans. Membre du parti de centre-droit d’Artur Mas, Puigdemont est maire de la ville de Girone, à une centaine de kilomètres au nord de Barcelone. Journaliste de profession, il siège depuis 2006 au parlement régional et préside l'association des municipalités pour l'indépendance.

Leur projet reste d'amener la Catalogne à se séparer de l'Espagne en 2017 au plus tard. Le 9 novembre, les parlementaires catalans avaient adopté une résolution annonçant le lancement du processus d'indépendance et l'insoumission aux institutions de l'État espagnol. La résolution a été annulée quelques semaines plus tard par la Cour constitutionnelle, que les indépendantistes ne reconnaissent plus.

Avec AFP

Première publication : 09/01/2016

  • ESPAGNE

    Le président catalan sortant Artur Mas envisage de nouvelles élections

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    La Cour constitutionnelle révoque la résolution indépendantiste du parlement catalan

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend la résolution indépendantiste

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)