Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le golfe de Porto, un paradis entre terre et mer

En savoir plus

Afrique

Côte d’Ivoire : un nouveau gouvernement, peu de changement

© Sia Kambou, AFP | Daniel Kablan Duncan, Premier ministre ivoirien (à gauche) avec le président Alassane Ouattara lors de sa nomination début janvier.

Texte par Alexandre CAPRON

Dernière modification : 12/01/2016

La composition du nouveau gouvernement ivoirien a été rendue publique mardi. L'équipe ministérielle a été élargie à 36 ministères, neuf d'entre eux ont été confiés à des femmes. Seuls trois portefeuilles régaliens changent de main.

"L'ossature a été conservée. C'est un gouvernement de mission et de combat". Voilà comment le premier ministre ivoirien reconduit début janvier, Daniel Kablan Duncan, a présenté son nouveau gouvernement mardi.

Le président Ouattara avait chargé le 6 janvier son Premier ministre de former un nouveau gouvernement, le troisième de l’ère Duncan. Des observateurs de la vie politique ivoirienne prêtaient à Alassane Ouattara la volonté de rajeunir son équipe et d’intégrer plus de femmes dans le gouvernement.

Au final, la nouvelle équipe  compte 36 ministres au lieu de 31. Elle inclut "cinq sortants et neuf entrants" dont "quatre nouvelles ministres femmes" portant le total de représentantes féminines à neuf. En revanche, le rajeunissement prévu n’a pas vraiment eu lieu, les principaux poids lourds changeant souvent simplement de ministère. À la grande déception de nombreux ivoiriens.

Trois portefeuilles régaliens changent de main

Si l’ossature reste la même, trois ministères importants - la Justice, la Défense et les Affaires étrangères - sont renouvelés. Quatre ministres sortent du gouvernement : Cissé Bacongo (Fonction publique), Badaud Darret (Eaux et Forêts), Gnenema Coulibaly (Justice) et Charles Koffi Diby (Affaires étrangères). 

Ce dernier, ministre depuis 2005, laisse la place à Abdallah Albert Toikeusse Mabri, qui était déjà au gouvernement et est une figure de l'Union pour la Démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI), membre de la coalition qui a soutenu l'élection d’Alassane Ouattara.

Cette nomination montre que Daniel Kablan Duncan a dû composer un gouvernement qui satisfasse tous les membres de la coalition ayant soutenu Alassane Ouattara lors de la présidentielle, et notamment des membres de l’UDPCI.

Certains analystes estiment par ailleurs que les ministres aux postes de la Justice et des Affaires étrangères font les frais de la mauvaise gestion du mandat d'amener d'une juge française contre Guillaume Soro. Le président de l'Assemblée nationale était visé par une plainte du fils de Laurent Gbagbo, Michel, pour "enlèvement, séquestration et traitement dégradant et inhumain".

>> À relire sur France 24 : Les raisons de la démission du gouvernement ivoirien

"J'espère que l'enfant qui est né est beau", a annoncé le Premier ministre à propos de son gouvernement, rappelant que l'objectif était de faire de la Côte d'Ivoire "un pays émergent en 2020".

L'équipe devra s'atteler à la construction d'une "Côte d'Ivoire nouvelle", selon l'expression du président ivoirien qui a promis de renforcer le processus de réconciliation, de mieux redistribuer les richesses, de lutter contre le chômage des jeunes et de rédiger une nouvelle Constitution qui devra être approuvée par voie référendaire.

Première publication : 12/01/2016

  • CÔTE D'IVOIRE

    Côte d’Ivoire : les raisons de la démission du gouvernement Duncan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Côte d'Ivoire : Soro n'est plus visé par un mandat d'amener en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)