Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Français disent oui à l'Europe"

En savoir plus

Afrique

Attaque meurtrière de Boko Haram dans une mosquée de l’Extrême-Nord du Cameroun

© Reinnier Kaze, AFP | Un militaire camerounais patrouille à Fotokol, ville de l'Extrême-Nord du Cameroun, en février 2015 après une attaque de Boko Haram.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/01/2016

Douze fidèles ont été tués mercredi dans une mosquée de la région de l'Extrême-Nord du Cameroun lorsqu'un kamikaze a fait exploser sa charge pendant la prière du matin, dans un nouvel attentat-suicide portant la marque de Boko Haram.

Après Fotokol ou Kolofata, c’est le village de Kouyape qui a été ciblé par Boko Haram. Il s'agit, dans la région, de la première attaque d’envergure de l’année 2016 attribuée au groupe islamiste.

Un attentat a visé très tôt mercredi la mosquée du village camerounais, proche de la frontière avec le Nigeria, dans une zone où Boko Haram, qui a rallié l'organisation État islamique (EI), est très actif.

"Le bilan provisoire est de 13 morts [dont le kamikaze, NDLR] et d'un blessé grave [...]. La mosquée a été pratiquement réduite en cendres", a déclaré à la mi-journée sur les ondes de la radio d'État le gouverneur de la région de l'Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari.

"Onze fidèles sont morts" immédiatement dans l'explosion et un douzième a succombé à ses blessures, a détaillé la source sécuritaire, ajoutant : "Le kamikaze priait avec d'autres fidèles" avant de se faire exploser. Selon cette source, l'imam de la mosquée fait partie des victimes.

"Une réflexion supplémentaire à mener"

Pour faire face à la menace, les autorités camerounaises ont interdit le port du voile intégral dans plusieurs régions du Cameroun, ce vêtement servant régulièrement à dissimuler des ceintures d'explosifs. Les attentats-suicides menés par Boko Haram sont en effet de plus en plus commis par des femmes, souvent très jeunes.

Mais pour sécuriser les mosquées, "une réflexion supplémentaire doit être menée de concert avec les chefs traditionnels et les leaders religieux, les autorités administratives", a plaidé le gouverneur de la région Extrême-Nord. Les imams et les chefs traditionnels sont souvent désignés par les islamistes comme des cibles du fait de leur hostilité au jihadisme et à la violence.

>> À voir sur France 24 : Pourquoi des troupes américaines au Cameroun ?

Depuis fin novembre, l'armée camerounaise a mené dans plusieurs localités frontalières des opérations "de ratissage" pour affaiblir les jihadistes nigérians qui restent très actifs entre le nord-est du Nigeria et l'extrême-nord du Cameroun.

Ces actions ont beaucoup affaibli les capacités du groupe islamiste qui n'est plus engagé dans des confrontations frontales avec les troupes camerounaises, mais multiplie les attaques-suicides.

Avec AFP

Première publication : 13/01/2016

  • CAMEROUN

    Au moins cinq civils tués dans un attentat suicide dans le nord du Cameroun

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Boko Haram : pourquoi des troupes américaines au Cameroun plutôt qu'au Nigeria ?

    En savoir plus

  • CAMEROUN

    Double attentat-suicide meurtrier à Kolofata, dans l'Extrême-Nord du Cameroun

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)