Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

FRANCE

Attentats de Paris : le kamikaze de l'appartement de Saint-Denis identifié

© Éric Feferberg, AFP | Les enquêteurs pensent que ce kamikaze a participé aux attaques du 13 novembre contre des terrasses de cafés et restaurants parisiens.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/01/2016

Le kamikaze de l'appartement à Saint-Denis a été identifié comme étant Chakib Akrouh, un Belgo-Marocain. Durant l'assaut du Raid, l'homme s'était fait exploser dans le logement où il se trouvait avec Abdelhamid Abaaoud et Hasna Aït Boulahcen.

Le kamikaze qui s'est fait exploser le 18 novembre lors d'un assaut policier contre un appartement de Saint-Denis, en banlieue parisienne, quelques jours après les attentats du 13 novembre, a été identifié comme étant un Belgo-Marocain de 25 ans nommé Chakib Akrouh, a annoncé, jeudi 14 janvier, le procureur de Paris.

Chakib Akrouh est né le 27 août 1990 en Belgique et a été identifié par comparaison génétique avec sa mère, a précisé le procureur de la République, François Molins, dans un communiqué.

Dans ce logement, avaient également été tué le jihadiste belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, un des organisateurs des attaques qui avaient fait 130 morts, et la cousine de ce dernier, Hasna Aït Boulahcen, qui leur avait procuré cette planque.

Selon une source proche du dossier, le nom de Chakib Akrouh avait été communiqué fin 2015 par les autorités judiciaires belges, sur la foi d'une photographie d'Akrouh. Celui-ci était parti de Bruxelles début janvier 2015 en Syrie, en compagnie de six ou sept autres personnes.

Le kamikaze de Saint-Denis probablement membre du commando des terrasses

Son ADN a été retrouvé sur une des trois Kalachnikov laissées dans la Seat abandonnée à Montreuil, au nord-est de Paris, après avoir été utilisée par le commando des terrasses, qui a assassiné 39 personnes dans des bars et restaurants de l'est parisien.

Les enquêteurs pensent donc qu'Akrouh est, avec Abaaoud et un autre Bruxellois, Brahim Abdeslam, le troisième membre de ce groupe. Il est aussi sans doute celui qui a été filmé avec Abaaoud dans le métro parisien juste après les attaques, avant de se dissimuler dans un "buisson" en bord d'autoroute à Aubervilliers puis de mourir dans la planque de Saint-Denis. Brahim Abdeslam est, lui, mort en kamikaze au Comptoir Voltaire tandis que son cadet, Salah, dont les enquêteurs pensent qu'il a convoyé en voiture les kamikazes du Stade de France, est en fuite.

Huit des dix membres des commandos des attentats sont donc désormais identifiés. Outre Abdelhamid Abaaoud, Brahim Abdeslam et Chakib Akrouh qui constituaient l'équipe des terrasses, Omar Mostefaï, Samy Amimour et Foued Mohamed-Aggad se trouvaient au Bataclan, tandis que Bilal Hadfi était au Stade de France. Salah Abdeslam, soupçonné d'avoir au moins convoyé en voiture l'équipe de kamikazes du Stade de France, est activement recherché.

Les deux autres kamikazes du Stade de France étaient entrés en Europe le 3 octobre sur l'île grecque de Leros parmi le flot de migrants, avec de faux passeports syriens aux noms d'Ahmad Al-Mohammad et de Mohammad Al-Mahmod.

Avec AFP

Première publication : 14/01/2016

  • FRANCE

    En images : deux mois après les attentats de Paris, Le Carillon rouvre ses portes

    En savoir plus

  • TERRORISME

    La police belge perquisitionne trois logements conspiratifs liés au 13-Novembre

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE PARIS

    Abdelhamid Abaaoud s'est rendu au Royaume-Uni en 2015

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)