Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EUROPE

Un tribunal pour crimes de guerre au Kosovo ouvrira à La Haye

© Mike Nelson, AFP | Hashim Thaçi, ex-chef de la guérilla kosovare et ministre des Affaires étrangères du Kosovo, le 16 juillet 1999 à Pristina.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/01/2016

Un tribunal spécial chargé de juger des crimes de guerre présumés commis en 1999-2000 par des membres de la guérilla indépendantiste kosovare albanaise doit ouvrir ses portes cette année à La Haye.

Un tribunal spécial, chargé de se pencher sur des crimes de guerre présumés commis par des membres de la guérilla indépendantiste kosovare albanaise (UCK) pendant et après le conflit serbo-kosovar, doit ouvrir ses portes cette année à La Haye.

Cette instance examinera "les accusations de crimes graves présumés commis en 1999-2000 par les membres de l'Armée de libération du Kosovo contre des minorités ethniques et des opposants politiques", a indiqué le ministère néerlandais des Affaires étrangères dans un communiqué diffusé vendredi 15 janvier.

>> À voir sur France 24 : "Sept ans après l'indépendance, le Kosovo se vide de ses habitants"

Ce tribunal de droit kosovar sera composé de juges internationaux et installé, à terme, dans les anciens bâtiments de l'Office européen des polices, Europol, à La Haye.

Pression internationale

"Cette décision est le résultat de négociations menées avec le gouvernement néerlandais", a indiqué à l'AFP Ardian Arifaj, conseiller politique du ministre kosovar des Affaires étrangères : "Nous nous y attendions vu que nous nous sommes mis d'accord avec les Néerlandais".

Selon le gouvernement kosovar, le tribunal est une demande explicite des partenaires stratégiques du pays, dont les États-Unis et l'Union européenne.

Pristina subit une pression internationale pour créer un tel tribunal depuis la publication, en 2010, d'un rapport du Conseil de l'Europe sur les exactions présumées commises par des membres de l'UCK sur quelque 500 prisonniers serbes et roms pendant la guerre.

Ce "rapport Marty" évoquait notamment des exécutions sommaires, des enlèvements et un trafic d'organes, prélevés sur des victimes. Il mettait en cause l'ex-chef de la guérilla et actuel ministre des Affaires étrangères kosovar Hashim Thaçi, accusations que l'intéressé a vivement démenti.

Avec AFP

Première publication : 15/01/2016

  • MACÉDOINE

    L’Otan et l’UE s’inquiètent des violences meurtrières à la frontière de la Macédoine et du Kosovo

    En savoir plus

  • MACÉDOINE

    Au moins 22 morts lors d'affrontements dans le nord de la Macédoine

    En savoir plus

  • KOSOVO

    Vidéo : sept ans après l'indépendance, le Kosovo se vide de ses habitants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)