Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une œuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Guerre et paix" : l'épitaphe de la Toile pour Shimon Peres

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Biomimétisme : quand la technologie s'inspire de la nature

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

EUROPE

Pays-Bas : une députée d'origine marocaine devient présidente du Parlement

© Martijn Beekman, AFP | Khadija Arib est née au Maroc, en 1960.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/01/2016

La députée néerlandaise du parti travailliste Khadija Arib est devenue, mercredi, la première femme d'origine marocaine élue présidente de la chambre basse du Parlement des Pays-Bas.

La Néerlandaise d'origine marocaine Khadija Arib a été élue mercredi 13 janvier présidente de la chambre basse du Parlement des Pays-Bas, une première dans ce pays de près de 17 millions d'habitants comptant quelque 380 000 "allochtones" d'origine marocaine.

Députée du parti travailliste depuis 1998, avec une brève interruption entre 2006 et 2007, Khadija Arib a obtenu 83 voix sur les 134 jugées valides lors d'un vote à la chambre basse, qui compte 150 députés.

Née au Maroc en 1960 et arrivée aux Pays-Bas alors qu'elle était adolescente, la parlementaire assurait déjà la présidence par intérim depuis la démission en décembre de sa prédécesseure Anouchka van Miltenburg. Cette dernière avait été éclaboussée par un scandale impliquant un baron de la drogue.

Le parti travailliste est le deuxième parti de la chambre basse (36 sièges), derrière les libéraux du Premier ministre Mark Rutte (40 sièges) avec qui ils forment la coalition au pouvoir. Son principal adversaire à la présidence était d'ailleurs un libéral.

"Un jour noir pour l'histoire", selon le populiste Geert Wilders

Le député populiste Geert Wilders, chef de file du Parti pour la Liberté (PVV), a qualifié l'élection de "jour noir pour l'histoire parlementaire", reprochant à la nouvelle présidente de posséder la double nationalité néerlandaise et marocaine.

"Il ne s'agit pas d'elle en tant que personne, mais quelqu'un qui a la double nationalité ne devrait pas être président de la chambre basse du Parlement néerlandais", a-t-il déclaré, au micro de la télévision publique néerlandaise NOS.

À plusieurs reprises, Khadija Arib a expliqué dans les médias qu'elle se sentait Néerlandaise et que la seule raison pour laquelle elle possède encore la nationalité marocaine est que Rabat ne permet pas d'y renoncer.

Interrogée sur les critiques du PVV, elle a répondu mercredi : "Je ferai simplement mon travail [...] Je serai aussi une présidente pour le PVV, ils représentent un groupe d'électeurs et nous vivons en démocratie".

Khadija Arib n'est pas la seule responsable politique d'origine marocaine à occuper une haute fonction aux Pays-Bas : Ahmed Aboutaleb est le maire de Rotterdam, deuxième ville du pays, depuis 2009.

Avec AFP

Première publication : 15/01/2016

  • PAYS-BAS

    Amsterdam fait appel à la Cour européenne de justice pour réguler ses maisons closes

    En savoir plus

  • PAYS-BAS

    La justice ordonne aux Pays-Bas de mieux lutter contre le réchauffement climatique

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Une jihadiste "sauvée" de Syrie par sa mère comparaît devant la justice néerlandaise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)