Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

Afrique

Assaillants tués, hôtels sécurisés : fin d’une nuit de cauchemar à Ouagadougou

© Ouoba Ahmed, AFP | Des membres des forces spéciales françaises prennent position autour de l'hôtel Splendid, le 16 janvier 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/01/2016

Les opérations des forces de sécurité burkinabè contre les auteurs des attaques de Ouagadougou ont pris fin samedi, en fin de matinée. Au moins 29 personnes ont été tuées au cours de ces attentats, revendiqués par Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Les forces de sécurité burkinabè, aidées par les forces spéciales françaises, ont neutralisé samedi 16 janvier dans la matinée le dernier des assaillants qui ont mené les attaques sanglantes dans le centre de la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou.

Vendredi soir, un commando armé a attaqué le restaurant Capuccino et l'hôtel Splendide du centre de Ouagadougou fréquentés par de nombreux ressortissants étrangers, tuant au moins 29 personnes dont deux Français, ont annoncé les autorités burkinabè. Le précédent bilan des autorités burkinabè faisait état de 26 morts. Le ministère français des Affaires étrangères évoque, lui, 27 personnes tuées, dont au moins deux Français (un homme et une femme). Un second hôtel, l’hôtel Yibi, a également été l’objet d’une opération des forces de police.

L'attaque a été revendiquée par le groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar, rallié à Aqmi, selon Site, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.

Plusieurs assaillants ont été tués mais samedi après-midi, leur nombre restait flou. Selon une source sécuritaire burkinabè citée par l'AFP sous couvert d'anonymat, quatre jihadistes sont morts, dont deux femmes. L'ambassadeur de France au Burkina Faso parle, lui, de trois individus tout en précisant qu'aucune femme ne faisait partie des assaillants.

Un couple d'Australiens - présenté plus tôt comme autrichien - a par ailleurs été enlevé dans la nuit de vendredi à samedi dans le nord du Burkina Faso, a annoncé le ministère de la Sécurité. Les autorités burkinabè ignorent pour l'heure si cet enlèvement est lié à l'attaque de Ouagadougou.

Selon une déclaration du Premier ministre burkinabè, un deuil national de trois jours devrait être décrété dans le pays.

De son côté, la section antiterroriste du parquet de Paris a décidé d'ouvrir une enquête pour assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste après la mort de deux Français dans l'attaque jihadiste.

Pour revivre notre direct sur votre tablette ou votre mobile, cliquez ici.

Première publication : 16/01/2016

  • BURKINA FASO

    Hôtel Splendid de Ouagadougou : Aqmi revendique l'attaque

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    L'hôtel Splendid de Ouagadougou attaqué par des hommes armés

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Le président de l'Assemblée nationale ivoirienne visé par un mandat d'arrêt burkinabè

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)