Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La réconciliation est une oeuvre de persévérance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

FRANCE

Jugé pour la mort d’un braqueur, un policier acquitté aux assises de Bobigny

© Mehdi Fedouach, AFP | Des proches d’Amine Bentounsi (photo), un braqueur tué par un policier, se recueillent en mai 2012 à Meaux.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/01/2016

Un policier de 36 ans, jugé pour avoir tué d'une balle dans le dos un malfaiteur armé, a été acquitté vendredi par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis sous les hurlements de manifestants qui ont crié : "Pas de justice, pas de paix".

Un policier de 36 ans, jugé pour avoir tué d'une balle dans le dos un malfaiteur armé, a été acquitté vendredi 15 janvier par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis.

La cour a estimé que Damien Saboundjian avait agi en état de légitime défense et qu'il n'était donc pas responsable pénalement de la mort d'Amine Bentounsi, tué d'une balle dans le dos lors d'une course-poursuite dans les rues de Noisy-le-Sec, le 21 avril 2012.

Le fonctionnaire devait répondre de "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", des faits passibles de 20 ans de réclusion car commis, circonstance aggravante, par une personne dépositaire de l'autorité publique.

"La police tue et la justice acquitte"

Écartant la légitime défense invoquée par le policier, l'avocat général avait requis cinq ans de prison avec sursis et une interdiction définitive d'exercer. Damien Saboundjian avait toujours affirmé qu'Amine Bentounsi l'ayant "braqué", il n'avait eu d'autre choix que de riposter pour défendre sa vie.

Le représentant du parquet, reprenant une formule-choc souvent employée par Amal Bentounsi, la sœur aînée de la victime et fondatrice du collectif "Urgence notre police assassine", avait appelé la cour à ne pas délivrer un "permis de tuer" à la police en acquittant l'accusé.

À l'annonce du verdict, prononcé après six heures de délibération, les cris de "la police tue et la justice acquitte" ont retenti dans la salle d'audience archicomble dans laquelle un impressionnant dispositif de sécurité avait été déployé pour protéger l'accusé. Des manifestants ont crié : "Pas de justice, pas de paix".

"Monter la population contre la police"

"Il était démontré que Damien Saboundjian avait menti, que son collègue avait menti. Je suis écœuré", a déclaré Michel Konitz, l'avocat de la famille Bentounsi.

"Ce genre de décision ne peut que monter la population contre la police, elle montre qu'il y a des personnes qui ont le droit de tuer en dehors de la légitime défense", a ajouté le conseil, qui espère que le parquet fera appel.

Du côté de la défense, Me Daniel Merchat, qui avait obtenu en mai l'acquittement des deux policiers impliqués dans la mort de Zyed et Bouna, s'est dit "très heureux" du jugement.

Le procès s'est tenu en plein débat sur l'opportunité d'assouplir la légitime défense pour les policiers, confrontés à la menace jihadiste et qui bénéficient d'un fort regain de popularité depuis un an. Un projet de loi prévoit d'assouplir les règles d'engagement armé des policiers.

Avec AFP

Première publication : 16/01/2016

  • FRANCE

    État d'urgence en France : les assignations à résidence jugées conformes à la Constitution

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mort de Zyed et Bouna : "Nous n'allons pas faire le procès de la police"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)