Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Afrique

Les deux Australiens enlevés au Burkina Faso sont "entre les mains d'Aqmi"

© Ahmed Ouoba, AFP | Des soldats burkinabè dans la région de Tambao, au nord-est du pays, en avril 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2016

Deux octogénaires australiens ont été enlevés vendredi dans le nord du Burkina Faso, où ce couple vivait depuis plus de 40 ans. L'enlèvement a été revendiqué samedi par un responsable d'un groupe jihadiste malien.

Un couple d'Australiens, un médecin et son épouse, a été enlevé, vendredi 15 janvier, dans le nord du Burkina Faso où il vivait depuis plus de 40 ans. Selon les autorités burkinabè, qui n'ont pas donné d'informations sur l'identité des ravisseurs, le couple a été kidnappé à Baraboulé, dans la région de Sahel, frontalière du Niger et du Mali.

Les deux Australiens vivaient dans la ville de Djibo, près de Baraboulé, depuis 1972, a indiqué à l'AFP un habitant, Moumouni Tamboura. D'après une source au sein du renseignement burkinabè, les deux octogénaires sont originaires de Perth (sud-ouest de l'Australie).

Dans un premier temps, le ministère burkinabè de la Sécurité intérieure avait présenté les otages comme des Autrichiens, une information corrigée quelques heures plus tard par le ministre de la Communication, Rémi Dandjinou.

>> À lire sur France 24 : Fin d’une nuit de cauchemar à Ouagadougou

Un responsable du groupe jihadiste Ansar Dine a affirmé samedi à l'AFP que le couple était retenu par des jihadistes appartenant à "l'Émirat du Sahara". D'après des spécialistes des milieux islamistes, cette appellation désigne une branche d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

"Quatre combattants de l'Émirat du Sahara ont entre leurs mains deux Australiens, une femme et un homme. Les deux 'croisés' sont vivants et nous allons bientôt donner des détails", a déclaré ce responsable d'Ansar Dine, Hamadou Ag Khallini, dans un bref entretien téléphonique avec un journaliste de l'AFP à Bamako.

Interrogé sur l'identité précise des ravisseurs, Hamadou Ag Khallini a répondu que les otages étaient "entre les mains d'Aqmi" qui, a-t-il également soutenu, a "mené une opération réussie contre un hôtel" vendredi à Ouagadougou. "C'est l'œuvre des mêmes Moudjahidine", a-t-il ajouté.

Les otages conduits vers le Mali ?

L'annonce du double rapt ainsi que sa revendication sont intervenues quelques heures après une spectaculaire attaque dans la capitale burkinabè contre un hôtel, Le Splendid, et un restaurant, Le Cappuccino. Au moins 29 personnes de 18 nationalités ont été tuées par les assaillants, selon les autorités burkinabè.

Une source diplomatique européenne jointe samedi par l'AFP à Bamako a indiqué avoir reçu des renseignements sur un double enlèvement commis "sur le territoire du Burkina Faso". "D'après nos informations, l'objectif des ravisseurs est de conduire les otages vers le Mali", a-t-elle dit, sans plus de détails.

Ansar Dine est l'un des groupes jihadistes ayant contrôlé le nord du Mali entre le printemps 2012 et janvier 2013, date du début d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement. Les jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés, mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Les attaques jihadistes se sont étendues depuis début 2015 vers le centre, puis le sud du Mali.

Avec AFP

Première publication : 17/01/2016

  • BURKINA FASO

    Attaque de Ouagadougou : deux Français parmi les victimes

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Assaillants tués, hôtels sécurisés : fin d’une nuit de cauchemar à Ouagadougou

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Hôtel Splendid de Ouagadougou : Aqmi revendique l'attaque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)