Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

FRANCE

François Hollande présente son plan d’"urgence" contre le chômage

© AFP - YOAN VALAT | François Hollande a indiqué que l'inversion de la courbe du chômage déterminerait sa candidature à un second mandat en 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2016

François Hollande a détaillé, lundi, son "plan d'urgence" pour l'emploi, dans l'espoir d'inverser la courbe du chômage avant la présidentielle de 2017. Orienté sur la formation et l'apprentissage, ce plan comprend également des aides à l'embauche.

À 16 mois de la fin de son mandat, François Hollande a présenté son plan pour l'emploi en France, lundi 18 janvier, et plus précisément son plan de lutte contre le chômage, chiffré "à plus de deux milliards d'euros". "Je considère que face au désordre du monde, face à une conjoncture économique incertaine et un chômage persistant, il y a aussi un état d'urgence économique et social à proclamer", a déclaré le chef de l'État devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese).

François Hollande a de nouveau appelé à "amplifier le mouvement des réformes", soulignant que "l'innovation [était] la clef de tout" et que l'effort de recherche était "essentiel". "La seconde conclusion, c'est que la France doit accroître la formation, l'éducation, le niveau de qualification des salariés", a-t-il enchaîné.

Prime d'embauche pour les PME

François Hollande a ainsi promis aux entreprises de moins de 250 salariés une prime immédiate de 2 000 euros par an pour toute embauche en CDI ou en CDD de plus de six mois de salariés payés jusqu'à 1,3 fois le Smic. "Effectif dès aujourd'hui", "ce dispositif est établi pour une durée de deux ans", "le temps du basculement du Cice [Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi] en baisse définitive de charges", a-t-il ajouté.

Cette aide s'ajoute aux nombreuses primes déjà existantes pour les Très petites entreprises (TPE), notamment la prime à la première embauche et celle pour l'accueil d'un apprenti mineur, toutes deux annoncées au printemps 2015.

>> À voir sur France 24 : "Hollande et le chômage : ficelle, grosse ficelle"

Formation et apprentissage

L'État avait d'ores et déjà annoncé qu'il dégagerait un milliard d'euros pour la formation des chômeurs. Il peut compter sur les partenaires sociaux qui viennent de se mettre d'accord pour faire en 2016 un effort supplémentaire de 80 millions d'euros par rapport à 2015. La question de la participation des régions au financement reste posée.

Selon la ministre du Travail, Myriam El Khomri, les formations cibleraient les chômeurs les moins qualifiés et seraient concentrées sur les secteurs d'avenir (numérique, environnement...) et les emplois non pourvus. Des questions se posent toutefois sur les capacités d'accueil des organismes de formation.

Le chef de l'État a par ailleurs annoncé un élargissement des règles de l'apprentissage, avec une ouverture des titres de l'Éducation nationale et une possible entrée en apprentissage toute l'année. Le système de qualification sera revu pour encourager l'accès à l'entrepreneuriat, a poursuivi François Hollande, précisant avoir confié cette mission au ministre de l'Économie, Emmanuel Macron.

>> À voir sur France 24 : "L'appel des patrons à François Hollande"

Assouplissement du temps de travail

François Hollande a également annoncé que la future réforme du Code du travail accordera aux entreprises de nouveaux assouplissements, notamment sur la majoration des heures supplémentaires, sans toucher à la durée légale de 35 heures.

Les accords d'entreprises pourront "fixer les modalités d'organisation du temps de travail, sans remettre en cause la durée légale, en permettant par exemple de fixer le taux de majoration ou le nombre d'heures supplémentaires, ou de moduler davantage le temps de travail au-delà même de l'année", a déclaré le chef de l'État. Il a précisé que ces accords pourraient "s'imposer au contrat de travail", quand ils sont "conclus dans l'intérêt de l'emploi".

La candidature de François Hollande en 2017 en jeu

François Hollande s'est engagé à aller "jusqu'au bout" pour réformer la France, "au-delà même de quelque échéance électorale que ce soit", dans une claire allusion à la présidentielle de 2017. En effet, le président, qui entre dans la dernière année pleine de son mandat, l'a affirmé à plusieurs reprises : l'inversion de la courbe du chômage, qu'il promettait avant fin 2013, déterminera sa candidature à un second mandat en 2017.

Or depuis son élection en 2012, 650 000 chômeurs supplémentaires ont été inscrits à Pôle emploi. Et malgré une petite baisse, 3,57 millions de demandeurs d'emploi n'avaient aucune activité en novembre, selon les derniers chiffres de Pôle emploi.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 18/01/2016

  • FRANCE

    France : le patronat réclame un "plan d'urgence" pour l'emploi

    En savoir plus

  • EMPLOI

    France : légère baisse du chômage en novembre

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Bernard Tapie veut revenir en politique pour contrer le FN et le chômage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)