Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Pour une Europe du peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

FRANCE

Le Maroc annonce l'arrestation d'un Belge "lié directement" aux auteurs des attentats de Paris

© Abdelhak Senna, AFP (Archives) | Le Belge arrêté au Maroc a combattu en Syrie dans les rangs du Front al-Nosra.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2016

Le ministère marocain de l'Intérieur a annoncé l'arrestation au Maroc d'un Belge d'origine marocaine directement lié aux auteurs des attentats du 13-Novembre. Selon la justice belge, il s'agit de Gelel Attar, un proche d'Abdelhamid Abaaoud.

Rabat a annoncé lundi 18 janvier dans un communiqué l'arrestation au Maroc d'un ressortissant belge d'origine marocaine, présenté comme étant directement lié aux auteurs des attentats du 13 novembre perpétrés à Paris et à Saint-Denis. Il a été arrêté vendredi dans la ville de Mohammadiya, près de Casablanca, a précisé le ministère de l'Intérieur marocain dans un communiqué.

Selon le parquet fédéral belge, il s'agit de Gelel Attar, un proche d'Abdelhamid Abaaoud, le coordonateur présumé des attaques de Paris, tué le 18 novembre lors du raid policier dans un appartement de Saint-Denis.

Le ministère marocain se contente pour sa part de donner l'initiale du nom du suspect, mais indique que la personne arrêtée a combattu en Syrie dans les rangs des jihadistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, avant de rejoindre l’organisation de l’État islamique (EI). Ce groupe terroriste a revendiqué les attentats qui ont visé le Stade de France, le Bataclan et les terrasses de café de l’est parisien.

Selon l'enquête, ce Belge s'est rendu en Syrie avec l'un des kamikazes qui s'est fait exploser près du Stade de France. Durant son séjour en Syrie, il s'est entraîné au maniement des armes et a établi des liens avec des commandants de l'EI, dont "le cerveau des attaques terroristes dans la capitale" française, selon le texte.

D'après les enquêteurs marocains, le Belge s'est ensuite rendu enTurquie puis s'est envolé pour l'Allemagne puis la Belgique, avant d'arriver au Maroc via les Pays-Bas. Le suspect sera présenté devant la justice dès la fin de l'enquête, selon le communiqué.

"Collaboration étroite et poussée" du Maroc

Selon le site d'information marocain Le360, proche du palais royal, l'homme appréhendé, âgé de moins de 30 ans et célibataire, a été interpellé au domicile de sa mère alors qu'il s'y trouvait seul. Sa mère se trouve actuellement en Belgique et son père est décédé.

Il y a deux mois, un renseignement marocain avait contribué à mettre les enquêteurs français sur la piste du Belgo-Marocain Abdelhamid Abaaoud, présenté comme le coordinateur des attentats de Paris, une aidé saluée par la France.

Après l'élimination d'Abaaoud, la Belgique avait aussi demandé au Maroc "une collaboration étroite et poussée en matière de renseignements et de sécurité" pour traquer des suspects impliqués dans les attentats de Paris ou préparant de nouvelles attaques.

Deux mois après les attentats de Paris, l'enquête se concentre plus que jamais en Belgique : quatre hommes restent traqués par les polices européennes dont Salah Abdeslam, un Français résidant en Belgique, et trois des kamikazes restent à identifier.

Fin décembre, l'armée américaine avait annoncé avoir tué dans un raid en Syrie le Français Charaffe El Mouadan, membre de l'EI, qui était "lié directement" à Abdelhamid Abaaoud et "préparait activement d'autres attaques en Occident", selon l'armée.

Perpétrées par au moins neuf jihadistes répartis en trois commandos, les attentats à proximité du Stade de France, les rafales de tirs contre des clients attablés à des terrasses de café et la tuerie dans la salle de concerts du Bataclan à Paris, ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 18/01/2016

  • FRANCE

    Attentats du 13 novembre : une association pour rompre l’isolement

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentats de Paris : le kamikaze de l'appartement de Saint-Denis identifié

    En savoir plus

  • FRANCE

    En images : deux mois après les attentats de Paris, Le Carillon rouvre ses portes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)