Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

Moyen-Orient

L'EI confirme la mort du bourreau "Jihadi John" dans un raid aérien en Syrie

Capture d'écran d'une vidéo de propagande où apparaît "Jihadi John".

Dernière modification : 19/01/2016

L'EI a confirmé mardi, dans son magazine officiel de propagande, la mort de "Jihadi John", le bourreau masqué de l’organisation terroriste qui s'affichait dans des vidéos macabres de décapitation d'otages étrangers.

L'organisation de l'État islamique (EI) a confirmé, mardi 19 janvier dans son magazine officiel de propagande, Dabiq, la mort de "Jihadi John", Mohammed Emwazi de son vrai nom, dans une frappe aérienne menée en Syrie. Le bourreau masqué du groupe terroriste, que l'on voit exécuter des prisonniers dans des vidéos de propagande, a été la cible d'un raid de l'armée américaine le 12 novembre dernier.

Selon le Pentagone, le bombardement aérien avait eu lieu à Raqqa, capitale de facto du "califat" autodéclaré de l'EI, dans le nord de la Syrie.

Plusieurs médias, citant des responsables américains, avaient affirmé à l'époque que la frappe provenait d'un drone et que la cible avait été repérée plusieurs jours auparavant par le renseignement américain.

Un tueur "froid, sadique et impitoyable"

Toujours vêtu de noir, masqué et couteau à la main, "Jihadi John" incarnait la barbarie de l'EI. L'homme était apparu sur des images de propagande macabres aux côtés de captifs américains, britanniques et japonais en combinaison orange, juste avant leur exécution.

Il était apparu pour la première fois dans une vidéo en août 2014 montrant la décapitation de James Foley, un journaliste indépendant de 40 ans porté disparu en Syrie depuis novembre 2012. La vidéo, intitulée "Un message à l'Amérique", avait suscité des condamnations dans le monde entier.

Deux semaines plus tard, un autre otage américain, Steven Sotloff, subissait le même sort des mains du tueur. Il figurait aussi à l'image lors des décapitations du travailleur humanitaire britannique David Haines, du chauffeur de taxi de Manchester Alan Henning, de l'américain Peter Kassig, et des otages japonais Haruna Yukawa puis Kenji Goto.

Les témoignages sur Mohammed Emwazi retracent l'itinéraire d'un jeune Londonien d'origine koweïtienne sans problème, fan de football et de jeux vidéo, jusqu'à sa radicalisation pour devenir un tueur décrit comme "froid, sadique et impitoyable".

Avec AFP

Première publication : 19/01/2016

  • SYRIE

    Les États-Unis visent "Jihadi John" dans un raid aérien en Syrie

    En savoir plus

  • TERRORISME

    "Jihadi John" : les services secrets britanniques critiqués

    En savoir plus

  • IRAK

    Le bourreau de l'EI "Jihadi John" identifié

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)