Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FRANCE FRANCE

Israël : Valls envisage des mesures contre les manifestations pro-boycott

© Jacques Demarthon, AFP | Manuel Valls prononce un discours d'hommage au victime de l'Hypercacher lors d'une cérémonie organisée par le Crif le 9 janvier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2016

Devant les Amis du Crif, lundi, à Paris, le Premier ministre Manuel Valls a appelé les pouvoirs publics "à changer d'attitude" envers les campagnes de boycott des produits israéliens. Sans toutefois reprendre à son compte le mot "interdiction".

Manuel Valls s'est prononcé, lundi 18 janvier, en faveur de mesures contre les manifestations pour le boycott des produits israéliens. "Les pouvoirs publics doivent changer d'attitude", vis-à-vis de ces manifestations qui participent, selon lui, d'un "climat nauséabond", a estimé le Premier ministre devant Les Amis du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France).

Il prenait part à une conférence-débat organisée par cette instance à Paris, une première pour un Premier ministre en exercice. "Nous allons vivre longtemps avec ce climat", a-t-il dit d'emblée, évoquant la lutte antiterroriste et les mesures de sécurité prises. "On voit très bien comment on est passé de la critique d'Israël à l'antisionisme et de l'antisionisme à l'antisémitisme", a-t-il souligné.

Ce n'est pas la première fois que le chef du gouvernement prend cette position. En décembre, il avait condamné les campagnes appelant au boycott des produits israéliens, du fait du conflit avec les Palestiniens, menées par le mouvement BDS ("Boycott, désinvestissement et sanctions").

Début janvier, un rassemblement de ce mouvement avait toutefois été autorisé par la préfecture de police place de l'Opéra, alors que le Palais Garnier accueillait la compagnie de danse israélienne Batsheva. "Cette manifestation [...] était d'autant plus absurde qu'on mettait en cause la culture", a estimé Manuel Valls, alors que le président du Crif, Roger Cukierman, lui rappelait sa demande d'interdiction de toute manifestation liée au mouvement BDS.

"Ce que je peux vous dire, c'est que j'en parlerai, et j'en ai déjà parlé avec le ministre de l'Intérieur", Bernard Cazeneuve, a répondu le chef du gouvernement. 

Avec AFP

Première publication : 19/01/2016

  • ISRAËL

    Orange a-t-il cédé au boycott anti-israélien ?

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Boycott d'Israël : la droite tire à boulets rouges sur John Kerry

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Boycott d'Israël : la top-modèle Bar Refaeli s'attaque à l'ex-chanteur des Pink Floyd

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)