Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Afrique

Vidéo : sécurité renforcée au Burkina Faso après les attaques jihadistes

© capture d'écran France 24 | Une patrouille de la gendarmerie au Burkina Faso.

Vidéo par Sarah SAKHO , Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2016

Confronté à une attaque terroriste d’une ampleur inédite le 15 janvier à Ouagadougou, le Burkina Faso a renforcé son dispositif sécuritaire. Des patrouilles de la gendarmerie contrôlent les axes routiers et les sites sensibles.

Après les attentats de Ouagadougou du 15 janvier, qui ont fait 30 morts, les forces de sécurité sont sur le qui-vive au Burkina Faso. Une vingtaine de personnes ont été interpellées depuis cette attaque jihadiste. Déployés dans le pays, des éléments d’une unité spéciale, formée par le GIGN français, multiplient fouilles et contrôles d’identité.

>> À lire sur France 24 : "Attentats de Ouagadougou, le point sur l’enquête"

"Les gens suspects qui n'ont pas d'identité claire on les envoie dans les unités spécialisées pour essayer de retrouver leur identité ou faire des recherches", explique à France 24 le gendarme Evariste Baye, d'ordinaire affecté à la sécurisation des axes routiers. La population burkinabè a été appelée à coopérer.

Du côté de l'armée, on affirme qu'un dispositif de renforcement de la sécurité est déjà en place depuis plusieurs semaines. "On n'a pas attendu l'attentat pour prendre des mesures sécuritaires. Ces derniers temps, la crise sahélienne a contribué à monter la sécurité d'un cran", assure le capitaine Guy Hervé Ye.

Toutefois, seuls les axes routiers et les sites sensibles semblent faire l’objet de contrôles appuyés.

L’armée du Burkina Faso est actuellement en pleine restructuration, notamment à la suite de la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'unité qui a perpétré le putsch raté de septembre.

Première publication : 19/01/2016

  • BURKINA FASO

    Face à la montée de l’EI en Afrique, Al-Qaïda montre ses muscles

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Attentats de Ouagadougou : le point sur l’enquête

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Après Bamako, Mokhtar Belmokhtar frappe Ouagadougou

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)