Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

Moyen-Orient

L'organisation État islamique contrainte de réduire de moitié les salaires de ses jihadistes

© Albaraka news / AFP | Image de propagande de l'EI.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/01/2016

Selon un communiqué attribué à l’organisation État islamique, le groupe jihadiste, visé par les frappes de la coalition internationale, compte réduire de moitié les salaires de ses combattants en Syrie et en Irak.

L’austérité n'épargne pas les terroristes. L’organisation État islamique (EI) a annoncé qu'elle comptait réduire de moitié les salaires de ses membres en Syrie et en Irak, selon un communiqué attribué au groupe extrémiste par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Face aux circonstances exceptionnelles auxquelles fait face l'EI, il a été décidé de réduire de moitié les salaires des moudjahidine", est-il écrit dans le communiqué, publié mardi 19 janvier par l'ONG basée à Londres.

"Personne ne sera exempté de cette décision, quelle que soit sa position, mais la distribution alimentaire se poursuivra deux fois par mois comme d'habitude", poursuit le texte.

De 400 à 200 dollars mensuels

Selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, cette décision fera passer les salaires des combattants syriens de l'EI de 400 à 200 dollars mensuels. Les combattants étrangers, payés le double, verront leur salaire réduit à 400 dollars, a précisé à l'AFP Rami Abdel Rahmane.

Cette mesure pourrait s'expliquer par l'intensification des raids sur les infrastructures pétrolières contrôlées par l’EI en Syrie et en Irak. Une coalition menée par les États-Unis mène depuis plus d'un an des frappes aériennes dans les deux pays contre des positions de l'organisation terroriste. Des frappes auxquelles s'ajoutent celles de l'aviation russe depuis le 30 septembre.

Frapper l’EI au portefeuille

Mi-décembre, le Conseil de sécurité de l'ONU avait décidé de frapper les jihadistes du groupe État islamique au portefeuille en asséchant leurs sources de financement. Le Conseil avait adopté en février une première résolution permettant de sanctionner les individus ou entités qui financent l'EI en lui achetant du pétrole de contrebande ou des objets archéologiques volés en Syrie et en Irak.

Tweet du colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition internationale

Selon des experts, l'EI engrangerait plusieurs dizaines de millions de dollars de revenus par mois dans les vastes territoires sous son contrôle en Syrie et en Irak. La moitié de cette somme, qui reste impossible à vérifier, proviendrait de taxes prélevées sur les entreprises et les commerces et du pillage des ressources (dont les antiquités) et 40 % environ de la contrebande du pétrole et du gaz.

Ces révenus conséquents servent à gérer son territoire, à payer les salaires et les armes des combattants et à fournir à ses habitants un minimum de services.

Avec AFP
 

Première publication : 20/01/2016

  • SYRIE

    Les revenus du groupe État islamique surestimés, selon un document inédit

    En savoir plus

  • SYRIE - IRAK

    L'organisation de l'État islamique annonce frapper sa propre monnaie en or

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)