Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'abstention, un chien dans le jeu de quilles de la présidentielle ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Hissène Habré définitivement condamné à la prison à vie

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron : la guerre des images

En savoir plus

POLITIQUE

Macron- Le Pen : deux France qui s’affrontent

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : quel bilan pour Aung San Suu Kyi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fondation Louis Vuitton : L'art africain a le vent en poupe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, le virtuose du flou"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : le chômage bondit à moins de quinze jours du second tour

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Show à Whirlpool"

En savoir plus

Economie

Pétrole iranien : "La baisse des prix est très inquiétante sur le long terme"

© Atta Kenare, AFP | Des automobilistes font le plein à Téhéran. L'Iran a annoncé le 18 janvier une augmentation de sa production de pétrole après la levée des sanctions.

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 21/01/2016

Libéré des sanctions, Téhéran a augmenté sa production de pétrole, entraînant une chute des prix historique. Le retour de l’Iran sur le marché de l’or noir est-il une menace pour les pays producteurs ? Analyse.

Avec la levée des sanctions à son encontre, l’Iran a annoncé une augmentation significative de sa production de pétrole. Une décision qui a provoqué une chute importante des prix du brut et suscite l’inquiétude des pays producteurs. Quelles conséquences pour ces derniers ? Pierre Terzian, directeur de Pétrostratégies et Thomas Porcher, économiste spécialiste des questions énergétiques à la Paris school of business, analysent la situation.

France 24 : Quelles seront les conséquences du retour de l’Iran sur le marché du pétrole pour les grands pays producteurs ?
Thomas Porcher :
Tous les pays pétroliers vont subir de plein fouet la baisse des prix sur un marché déjà excédentaire et en surproduction. Mais le degré de difficulté ne sera pas le même pour tous. Ainsi, les pays du Golfe pourront piocher dans les fonds souverains dont ils disposent. Contrairement à des pays comme la Russie, dont le budget dépend à 80 % des exportations d’hydrocarbures, et pour qui cela risque d’être très difficile. Dans ces pays, c’est donc l’ensemble de l’économie qui sera touché par la baisse des prix. Ils vont devoir faire des coupes dans les dépenses publiques et s’imposer une austérité très forte. Ils pourront également jouer avec l’arme monétaire pour contre-balancer les pertes.

Pierre Terzian : Les pays producteurs de pétrole ont été pour ainsi dire pris de court. En effet, beaucoup pensaient que l’accord américano-iranien serait retardé et ne s’attendaient pas à sa signature avant le printemps 2016.

France 24 : L’Iran n’effectue pas une entrée sur le marché, mais un retour. Pourquoi sa présence pose-t-elle problème aujourd’hui et non avant les sanctions ?
Thomas Porcher :
Le marché pétrolier était différent. Il y avait notamment une demande très forte des pays émergents, comme la Chine. Or, aujourd’hui, ces pays connaissent une croissance beaucoup moins forte, et donc une baisse de leur demande en pétrole. Le marché est aujourd’hui en surcapacité.

France 24 : La baisse historique du prix du pétrole est-elle inquiétante ?
Thomas Porcher :
Elle est très inquiétante sur le long terme et on risque de voir de très fortes tensions entre les membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) dans les jours qui viennent. Les prix sont tellement bas que les conséquences évoquées plus haut peuvent provoquer des tensions sociales au sein des pays producteurs. Sans compter les licenciements qui ont déjà commencé dans certaines industries, comme BP.

Pierre Terzian : Bien sûr qu’il y aura des conséquences néfastes. Des pays comme le Japon ont déjà commencé à protester. Cette chute des prix risque de ralentir leurs efforts de transition énergétique. La baisse des prix va également pousser les pays pétroliers à réduire leurs dépenses et donc leurs importations, or le Japon comme d’autres comptent sur les produits qu’ils exportent.

France 24 : À qui l’Iran sera le plus susceptible de vendre son pétrole ?
Pierre Terzian :
Pour des raisons techniques, il est probable qu’il vende à des pays habitués à raffiner du pétrole iranien, la Chine et le Japon, l’Afrique du sud, la Grèce ou l’Italie.
 

Première publication : 21/01/2016

  • PÉTROLE

    Pétrole : le retour de Téhéran fait les affaires de Riyad mais à court terme

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    Entrée en vigueur de l'accord sur le nucléaire : "Une nouvelle page" pour l'Iran, selon Rohani

    En savoir plus

  • IRAN

    Les États-Unis et l'UE lèvent leurs sanctions contre l'Iran : qu'est-ce qui va changer ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)