Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani reçoivent une personnalité qui s’exprime sur les grands thèmes de l’actualité. En direct, le jeudi à 17h10 et en partenariat avec Slate.fr.

POLITIQUE

POLITIQUE

Dernière modification : 22/01/2016

Le Drian : "L’EI ne progresse plus, mais nous sommes encore loin du compte"

Invité de France 24, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est revenu sur les différents terrains de guerre sur lesquels la France est engagée, notamment celui de la lutte contre l'organisation État islamique.

Personnalité parmi les plus discrètes du gouvernement français, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, parle peu aux médias. Invité de l’émission Politique, jeudi 21 janvier, il évoque sur France 24 la lutte contre l'organisation État islamique (EI) en Syrie et en Irak, l’action de la Russie sur le front syrien, la situation dans le Sahel ainsi que l’état d’urgence en France dont il souhaite la prolongation. Extraits.

• 22 000 jihadistes de l'EI tués depuis 2014 en Irak et en Syrie

Concernant la lutte contre l'organisation État islamique (EI), Jean-Yves Le Drian estime qu’il est essentiel de "rompre l’axe" entre les villes de Raqqa, en Syrie, et de Mossoul, en Irak. L'organisation EI, qu’il qualifie d’"hydre à deux têtes", "ne progresse plus, mais nous sommes encore loin du compte", ajoute-t-il.

"il y a un chiffre que donne la coalition [...] C'est 22 000 morts depuis le début des opérations", a également déclaré le ministre français de la Défense.

Constatant que l’organisation jihadiste a cédé "15 % du territoire qu’elle avait confisquée", le ministre plaide pour une accentuation des efforts sur le terrain. "La stratégie de la coalition qui consiste à former les forces kurdes et irakiennes pour qu’elles puissent reconquérir les territoires de Daech paie. Cette stratégie doit être poursuivie et accentuée", affirme-t-il.

Pour combattre le groupe jihadiste, Jean-Yves Le Drian prône également une "contre-communication" qui consiste à parler "des échecs de l’EI", comme ceux récemment enregistrés à Ramadi et au Mont Sinkar". "Il faut par ailleurs s’organiser pour faire du contre-terrorisme idéologique et intellectuel avec une propagande anti-Daech. C’est une forme de forme de guerre qu’il nous faut aussi déployer".

• L’action de la Russie en Syrie

Le ministre français de la Défense appelle la Russie à "clarifier" sa position et à concentrer ses frappes sur les jihadistes de l'EI en Syrie, et non sur les groupes de l'opposition armée "qui sont, eux, susceptibles de combattre Daech. L’ennemi, c’est Daech".

Pour lui, une éventuelle collaboration entre la coalition et les Russes dépend de l’attitude de ces derniers sur le front. "Il ne peut y avoir de coopération, s’il n’y a pas clarification", dit-il.

• La Libye, comme nouveau territoire de conquête de l’EI

Après avoir longtemps craint que la Libye ne devienne un véritable "hub terroriste", Jean-Yves Le Drian estime désormais que les dernières avancées politiques ont changé la donne. "L’élément nouveau, c’est qu’il y a maintenant un Premier ministre en Libye. Il faut donc aider ce gouvernement à bien s’installer, à assurer son autorité et à unifier ses propres forces."

• Le Sahel

Malgré les récents attentats terroristes perpétrés en novembre 2015 à Bamako puis en janvier à Ouagadougou, le ministre estime que l’opération Barkhane visant à lutter contre les groupes jihadistes n’est pas un échec. "Lorsque l’opération a été lancée en 2013, c’est le Mali lui-même qui était menacé par une armée que les Français ont arrêtée, rappelle-t-il. Mais il reste des poches terroristes. C’est la première fois que nous menons une opération sur un territoire aussi vaste. Il faut poursuivre dans cette direction."

• La prolongation de l’état d’urgence en France

Sur le territoire français, Jean-Yves Le Drian estime que l’état d’urgence, qui pourrait être à nouveau prolongé au delà du 26 février, "est utile, dans cette période, car il contribue à notre sécurité. J’y suis favorable en attendant la réforme constitutionnelle qui permettra à l’état d’urgence de trouver une nouvelle forme. Nous sommes toujours en période de risque et de menace grave. Il faut se prémunir en permanence des risques qui peuvent arriver tous les jours."

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/06/2016 politique

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

Dans cette seconde partie de "Politique", Jean-Vincent Placé, président de l'Union des démocrates et des écologistes, revient sur la primaire de la gauche. Il estime que «...

En savoir plus

23/06/2016 politique

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

Dans cette première partie de "Politique", Jean-Vincent Placé, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la réforme de l’État et de la simplification, débat avec...

En savoir plus

16/06/2016 politique

Brexit : "Le 23 juin va changer l’histoire européenne"

Dans cette première partie de "Politique", Enrico Letta, ancien président du Conseil italien, Sophie Pedder, chef du bureau parisien de The Economist, et Jean-Louis Bourlanges,...

En savoir plus

16/06/2016 politique

"Les conséquences économiques d’un Brexit seraient très graves"

Dans cette deuxième partie de "Politique", Enrico Letta, ancien président du Conseil italien, Sophie Pedder, chef du bureau parisien de The Economist, et Jean-Louis Bourlanges,...

En savoir plus

09/06/2016 politique

Dominique Reynié : "Les Italiens ont un rythme supérieur au notre"

Dans cette deuxième partie de "Politique", Frédéric Salat-Baroux, ancien Secrétaire général de l’Elysée sous Jacques Chirac et auteur de "La France est la solution" (Éditions...

En savoir plus