Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

FRANCE

La prolongation de l'état d'urgence "tout à fait probable" pour François Hollande

© AFP | En France, l'état d'urgence doit normalement s'achever le 26 février, terme fixé par la loi adoptée après les attentats du 13 novembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2016

François Hollande a jugé mercredi "tout à fait probable" la prolongation de l'état d'urgence, mis en place après les attentats du 13 novembre et qui doit normalement expirer le 26 février. L'Élysée pendra une décision "dans les prochains jours".

Bis repetita ? La prolongation de l’état d’urgence, mis en place après les attentats du 13 novembre, est "tout à fait probable" pour le président François Hollande, cité par le président de l’Assemblée Claude Bartolone. L’exécutif prendra sa décision "dans les prochains jours" concernant cette question épineuse, approuvée par les Français mais contestée par les défenseurs de droits de l’Homme.

Votée à l’unanimité à l’Assemblée, la première prolongation de l'état d'urgence pour trois mois, au-delà des 12 jours initiaux, devait normalement expirer le 26 février. Lors de ce premier débat, la droite avait plaidé pour une durée plus longue, six mois, alors que certains écologistes l'auraient souhaitée limitée à deux mois.

>> À lire sur France 24 : Un "dispositif de contrôle" parlementaire pour surveiller l'état d'urgence

"Tout sera évalué" par l'exécutif avant une nouvelle et éventuelle prolongation, a assuré mercredi le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, évoquant "une menace terroriste toujours à un niveau exceptionnellement élevé". Selon un proche du chef de l'État, François Hollande a "l'obsession" du risque d'un autre attentat.

Une question qui divise

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s'est montré ouvert à une telle prolongation. "On doit la sécurité aux Français. Imaginez qu'il y ait un attentat dans 15 jours et qu'on ait levé l'état d'urgence ! Qu'est-ce qu'on nous dirait ?", a -t-il lancé mercredi sur BFM TV. "Si le gouvernement le décide, c'est qu'il a des éléments pour le décider", a-t-il ajouté.

À droite, Valérie Pécresse, présidente Les Républicains en Ile-de-France, a jugé mercredi cette prolongation "souhaitable, en tous cas le temps qu'on stabilise les réponses durables que nous allons donner à la menace terroriste".

>> À voir sur France 24 : Des voix s’élèvent pour critiquer l’état d’urgence

Estimant que l'état d'urgence n'était plus justifié et portait "une atteinte grave et manifeste aux libertés publiques", la Ligue des droits de l'Homme a en revanche saisi le Conseil d'État pour tenter d'y mettre fin. Cinq rapporteurs de l'ONU chargés des droits de l'Homme ont par ailleurs recommandé mardi à la France de ne pas prolonger l'état d'urgence, estimant qu'il imposait des "restrictions excessives et disproportionnées sur les libertés fondamentales".

En attendant la réforme pénale

L'état d'urgence renforce les pouvoirs de la police, permet les assignations à résidence, les perquisitions administratives de jour comme de nuit ou l'interdiction de rassemblements. Pour certains, la prolongation s'impose, le temps qu'entre en vigueur la réforme pénale voulue par l'exécutif pour renforcer les pouvoirs d'enquête de la justice en matière de terrorisme, un texte qui devrait être présenté fin janvier en Conseil des ministres.

Ce texte doit notamment autoriser, tout comme l'état d'urgence, les perquisitions de nuit dans les affaires terroristes. Mais une source proche de l'exécutif l'assure : la décision sera prise "en fonction de l'évaluation de la menace terroriste et non en fonction de l'adoption de la future loi de réforme pénale".

Avec AFP 

Première publication : 21/01/2016

  • FRANCE

    Le gouvernement maintient la déchéance de nationalité dans la révision de la Constitution

    En savoir plus

  • FRANCE

    État d'urgence en France : les assignations à résidence jugées conformes à la Constitution

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE PARIS

    Pour la Commission des lois, "l'efficacité de l'état d'urgence va aller décroissant"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)