Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume désuni"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 1)

En savoir plus

Afrique

Un policier tué après des heurts avec des manifestants près de Kasserine

© Mohamed Khalil, AFP | Heurts entre forces de l'ordre et manifestants, mercredi 20 janvier, à Kasserine.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2016

Un policier a été tué mercredi lors d'une manifestation de chômeurs à Feriana, au sud de Kasserine. Depuis plusieurs jours, des centaines de Tunisiens en colère protestent contre la misère sociale dans cette région défavorisée du centre du pays.

Un policier a été tué mercredi 20 janvier en Tunisie après avoir été attaqué par des manifestants à Feriana, dans le centre-ouest du pays, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

La ville de Feriana, située au sud de Kasserine, est en proie à une importante contestation sociale qui s’est cristallisée samedi à la suite de la mort d’un jeune chômeur, Ridha Yahyaoui, électrocuté après être monté sur un poteau pour protester contre son retrait d'une liste d'embauches dans la fonction publique.

>> À lire sur France 24 : Cinq ans après la Révolution tunisienne, "on est parfois déçus mais on y croit encore"

Pour tenter de calmer les esprits, un couvre-feu a été décrété mardi, à Kasserine, et élargi ensuite à Feriana et Thala. Une mesure que le ministère de l'Intérieur a justifié par la nécessité de "protéger les vies", d'éviter toute "escalade" mais aussi d'empêcher "les éléments terroristes d'essayer d'exploiter cette situation". Mais les manifestants sont restés dans les rues, défiant la police.

"Nous ne pouvons pas arranger les choses d'un coup de baguette magique"

Le gouvernement a annoncé le recrutement de 6 000 jeunes sans-emploi à Kasserine et le lancement de projets de construction dans la région, l’une des plus défavorisées du pays. "Nous ne pouvons pas arranger les choses à Kasserine d’un coup de baguette magique mais des investissements publics vont être bientôt lancés là-bas", a déclaré Khaled Chaouket, porte-parole du gouvernement tunisien.

Cinq ans après la révolution contre la dictature de Zine el-Abidine Ben Ali, née de l'immolation du vendeur ambulant Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, l'exclusion sociale et les disparités régionales persistent. "Nous avons averti que la situation sociale allait exploser. Les gens ont attendu […] mais le gouvernement n'a pas de vision, pas de programme pour les régions intérieures", a dit à l'AFP Abderrahman Hedhili, président de l'ONG Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES).

>> À voir sur France 24 : Les habitants de Sidi Bouzid ont perdu leurs illusions

Le président Béji Caïd Essebsi a reconnu, mercredi, que "le gouvernement actuel avait hérité d'une situation très difficile" avec "700 000 chômeurs et parmi eux 250 000 jeunes qui ont des diplômes". "Mais vous devez en convenir, ni en Tunisie, ni en Europe, ni en Amérique, on ne peut résoudre des situations comme ça par des déclarations ou par un coup de pouce. Il faut [laisser] du temps au temps", a-t-il indiqué.

Le taux de chômage en Tunisie a atteint 15,3 % de la population active à la fin 2015, contre 12 % en 2010. Les attentats islamistes qui ont frappé le pays l’an dernier ont pesé sur l’économie, en particulier sur le secteur touristique.

Avec AFP

Première publication : 21/01/2016

  • TUNISIE

    Tunisie : nouvelle journée de grogne sociale à Kasserine

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Cinq ans après la Révolution tunisienne : "On est parfois déçus mais on y croit encore"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Vidéo : cinq ans après la révolution en Tunisie, le parti Nidaa Tounès rongé par les divisions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)