Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

Manuel Valls prône un état d’urgence jusqu'à éradication de l'EI

© AFP | L'état d'urgence, mis en place après les attentats du 13 novembre en France, a déjà été prolongé de trois mois.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2016

La France devrait maintenir l’état d’urgence tant que la menace représentée par l’organisation État islamique perdurera, a indiqué le Premier ministre Manuel Valls dans un entretien accordé à la BBC et diffusé vendredi.

Pour Manuel Valls, l’état d’urgence en France pourrait être prolongé pour une période indéterminée. Dans un entretien diffusé vendredi 22 janvier par la BBC, le Premier ministre français a affirmé que cette mesure d'exception – déjà controversée - devrait rester en place "jusqu'à ce que nous nous débarrassions de Daech", appellation en arabe de l’organisation État islamique (EI).

"Tant que la menace existe, nous devons employer tous les moyens dont nous disposons dans notre démocratie, dans le cadre de l'état de droit, pour protéger les Français", a estimé le chef de gouvernement depuis le Forum économique de Davos, en Suisse. "En Afrique, au Moyen-Orient, en Asie, nous devons éliminer Daech", a-t-il poursuivi, parlant d’une guerre totale, globale et sans pitié.

Interrogé sur la durée durant laquelle cette mesure pourrait rester en place, Manuel Valls a indiqué : "Le temps nécessaire. Nous ne pouvons pas continuellement vivre dans l’état d’urgence".

Mis en place après les attentats du 13 novembre, l’état d’urgence doit expirer le 26 février, après avoir déjà été prolongé de trois mois. Cette mesure exceptionnelle donne à la police le pouvoir de mener des perquisitions sans mandat et d’assigner des personnes à résidence sans contrôle juridique. L'exécutif paraît résolu à la prolonger au-delà du 26 février.

L’Europe "totalement déstabilisée" par la crise des migrants

Le Premier ministre s’est également exprimé sur la crise des migrants, estimant que l’afflux de demandeurs d’asile en Europe pouvait représenter "un risque grave" pour l’Union européenne.

Manuel Valls a ainsi indiqué que l’Europe ne pouvait pas accueillir toutes les personnes fuyant les "terribles" guerres en Irak et en Syrie, sous peine de voir "nos sociétés totalement déstabilisées".

Plus d’un million de migrants, majoritairement des réfugiés, sont arrivés en Europe au cours de l’année 2015. Vendredi matin, au moins 21 personnes, dont huit enfants, ont péri dans deux naufrages successifs au large des îles de Farmakonissi et Kalolimnos en mer Égée tandis que d'autres migrants sont portés disparus, a indiqué la police portuaire grecque.

Première publication : 22/01/2016

  • ATTENTATS DE PARIS

    Prolongation de l'état d'urgence : une mesure qui divise la France

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE PARIS

    La prolongation de l'état d'urgence "tout à fait probable" pour François Hollande

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des experts de l'ONU s'alarment des "restrictions excessives" de l'état d'urgence en France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)