Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

EUROPE

Espagne : le Parti socialiste refuse de former un gouvernement avec Podemos

© Javier Soriano, AFP | Pedro Sanchez, leader du PSOE, le Parti socialiste espagnol.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/01/2016

Le Parti socialiste espagnol a refusé samedi de négocier, dans l'immédiat, la formation d'un gouvernement avec le parti de gauche radicale Podemos. Le PSOE a accusé celui-ci de "chantage" pour avoir imposé d'avance ses conditions.

Après que le chef du gouvernement sortant, le conservateur Mariano Rajoy, a renoncé vendredi à former un gouvernement, le Parti socialiste espagnol n'a pas saisi la perche tendue par la gauche radicale pour former un gouvernement de coalition. Le PSOE a en effet refusé samedi 23 janvier de négocier, dans l'immédiat, la formation d'un gouvernement avec le parti anticapitaliste Podemos, qu'il a accusé de "chantage" pour avoir imposé d'avance et publiquement ses conditions.

Podemos avait fait une entrée fracassante au Parlement espagnol après un score historique aux élections législatives du dimanche 20 décembre (20,6 % des voix), mettant un terme au bipartisme espagnol.

Samedi, dans un communiqué, le PSOE de Pedro Sanchez a critiqué, sans jamais le nommer, l'attitude du parti anti-austérité Podemos et de son dirigeant Pablo Iglesias. Ce dernier avait proposé vendredi la formation d'un gouvernement avec les socialistes et les écolo-communistes de Izquierda unida, en posant une série de conditions et en réclamant des ministères clés et la vice-présidence du gouvernement pour lui-même.

Le PSOE a répondu que dans la situation actuelle, il n'allait "pas entreprendre des négociations avec d'autres forces politiques pour essayer de trouver une alternative de gouvernement stable et encore moins quand elles sont proposées à travers le chantage et en faisant passer les intérêts partisans avant ceux des citoyens".

>> À lire sur France 24 : "Législatives espagnoles : Podemos, entre marxisme et pragmatisme"

Le parti de Pedro Sanchez a cependant répété qu'il allait "maintenir le dialogue" avec toutes les forces politiques pour "évaluer la situation".

Pedro Sanchez a ainsi fait savoir, samedi, sur Twitter, qu'il avait parlé avec le dirigeant du parti libéral Ciudadanos, Albert Rivera, et qu'ils resteraient "en contact dans les prochains jours".

Le PSOE, arrivé à la deuxième place des élections législatives avec 22 % des voix, dit par ailleurs avec insistance qu'il revient d'abord au Parti populaire (PP, conservateur, premier avec 28%) de se risquer à proposer un candidat à la formation d'un gouvernement.

Il a jugé "inacceptable" l'attitude du chef du gouvernement sortant, Mariano Rajoy (PP), qui a préféré vendredi passer son tour pour s'épargner un échec devant la chambre des députés.

Avec AFP

Première publication : 23/01/2016

  • ESPAGNE

    Espagne : Rajoy renonce temporairement à former un gouvernement

    En savoir plus

  • Le débat de France 24

    Législatives en Espagne : une victoire aux airs de défaite pour les conservateurs

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Législatives espagnoles : Podemos, entre marxisme et pragmatisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)