Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

CAMEROUN ANGLOPHONE: INTERNET RÉTABLI APRÈS 3 MOIS DE COUPURE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le pari de Theresa May : les Britanniques aux urnes pour un Brexit fort

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Orchestre symphonique de Téhéran s'ouvre à Fauré et Berlioz

En savoir plus

MODE

Madrid fashion week : les créateurs espagnols s'affirment

En savoir plus

Moyen-Orient

Le vice-président américain Joe Biden se dit "prêt" à une solution militaire en Syrie

© Ozan Kose, AFP | Le vice-président américain Joe Biden, lors d'une conférence de presse à Istanbul, le 23 janvier 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/01/2016

Le vice-président américain Joe Biden a déclaré samedi que les États-Unis et la Turquie étaient prêts à une solution militaire en Syrie si un accord s'avérait impossible. Il a par ailleurs apporté son soutien à la Turquie dans sa lutte contre le PKK.

Le vice-président américain Joe Biden a déclaré samedi 23 janvier que les États-Unis et la Turquie étaient prêts à une solution militaire en Syrie au cas où un accord politique s'avérerait impossible. "Nous savons bien que ce serait mieux si nous pouvions parvenir à une solution politique, mais nous sommes prêts (...), si cela n'est pas possible, à recourir à une solution militaire à cette opération et à sortir Daech [autre appellation de l'EI en arabe]", a déclaré Joe Biden, lors d'une conférence de presse à Istanbul à l'issue d'une réunion avec le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

>> À lire sur France 24 : "Syrie : la liste des participants aux négociations tourne au casse-tête"

Le vice-président américain a déclaré que les représentants des deux pays de l'Otan avaient aussi discuté de la manière dont ils peuvent approfondir le soutien aux forces arabes sunnites en Syrie qui luttent pour renverser le président syrien Bachar al-Assad.

Agir aussi contre le PKK

Washington estime, a-t-il par ailleurs ajouté, que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est, autant que l'EI, une menace pour la Turquie. Le gouvernement d'Ankara doit faire tout ce qui est nécessaire pour protéger son peuple, a ajouté le vice-président américain.

Après plus de deux ans de cessez-le-feu, de violents combats ont repris depuis l'été dernier entre les forces de sécurité turques et les rebelles du PKK, faisant voler en éclats les pourparlers de paix engagés par le gouvernement fin 2012 pour tenter de mettre fin à ce conflit, qui a fait plus de 40 000 morts depuis 1984.

>> À voir sur France 24 : "Rencontre avec des combattants du PKK dans le nord de l'Irak "

"Nous pensons qu'une vaste majorité de Kurdes veut vivre en paix et il est clair que le PKK n'a montré aucun désir ou inclination à la faire", a poursuivi Joe Biden. "Ce n'est rien d'autre qu'un groupe terroriste et ce qu'il continue à faire est absolument scandaleux."

Ahmet Davutoglu a pour sa part déclaré que l'armée turque était en Irak pour repousser l'EI et réaffirmé qu'Ankara respectait l'unité territoriale de l'Irak. Le Premier ministre turc a déclaré que seule l'opposition syrienne "légitime" devait participer aux négociations sur la Syrie.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 23/01/2016

  • MOYEN-ORIENT

    Syrie : la persistance de désaccords risque de retarder les négociations de paix

    En savoir plus

  • TURQUIE

    L'offensive d'Ankara dans les zones kurdes est une "punition collective", dénonce Amnesty

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Un attentat à la voiture piégée vise la police turque dans le sud-est du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)