Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

FRANCE

Deux mille personnes défilent à Calais en soutien aux migrants de la "jungle"

© François Lo Presti, AFP | Près de 2 000 personnes, dont des migrants, ont manifesté à Calais pour réclamer de meilleures conditions d'accueil, le 23 janvier 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/01/2016

Près de 2 000 manifestants, dont des Britanniques, des Italiens et des Belges, ont apporté leur soutien samedi aux migrants de la "Jungle" de Calais, le plus grand bidonville de France. Ils ont demandé des "conditions d'accueil plus dignes".

Britanniques, Français, Belges, Italiens... Quelque 2 000 personnes ont manifesté samedi 23 janvier dans l’après-midi à Calais, dans le nord de la France. Parmi les revendications exprimées, les manifestants ont demandé une meilleure prise en charge et des "conditions d'accueil plus dignes" pour les migrants. Des débordements ont eu lieu en fin de manifestation et le port de Calais a été bloqué pendant plus de trois heures après l'intrusion d'une cinquantaine de manifestants et de migrants sur un ferry.

"Réfugiés bienvenue", "Calais, Lesbos, Lampedusa, nos frontières tuent", "Ouvrez les frontières, laissez-les entrer", pouvait-on lire sur des pancartes. "Nous sommes ici par solidarité et pour dénoncer l'inactivité de l'État français, qui n'a pas la volonté d'assurer une vie meilleure aux réfugiés", a affirmé Rino, un étudiant italien de 22 ans, venu de Paris en bus et pour qui "une tragédie humaine" se joue à Calais.

>> À lire sur France 24 : "La boue au ventre : deux jours d'immersion dans le camp de migrants de Grande-Synthe"

"Pire que des animaux !"

"No jungle, no jungle", ont scandé les migrants qui ont pris part à la manifestation. "Ici, nous vivons de façon pire que des animaux !", s'est insurgé Wali, un migrant afghan qui vit dans la "jungle", ce bidonville aux conditions d’hygiène difficiles situé près de la rocade portuaire où survivent quelque 4 000 personnes. Venus majoritairement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan, ces milliers de migrants vivent dans la "jungle" de Calais, dans l'espoir d'atteindre ensuite le Royaume-Uni, considéré par eux comme un eldorado.

"On peut voir le camp de l'Angleterre, de la côte du port de Douvres et il y a tous ces gens qui vivent dans la misère. Nous sommes en Europe. C'est la France, nous ne sommes pas dans un pays du tiers-monde" s'indigne une manifestante britannique au micro de l'envoyé spécial de France 24. "Un être humain n'a pas à vivre dans ces conditions, dans l'insalubrité, dans des tentes ou des cabanes qu'ils fabriquent par eux-mêmes", ajoute une manifestante française qui s'est confiée à France 24.

Le 11 janvier, un centre d'accueil provisoire (CAP) composé de 125 conteneurs chauffés de 12 places pouvant accueillir 1 500 migrants a pourtant été inauguré à Calais. Mais, pour Jean-Baptiste, "ce n'est pas suffisant". "Il y a urgence humanitaire, nous réclamons des conditions d'accueil dignes", a-t-il affirmé.

"Débordements sérieux" en fin de manifestation

Des politiques ont également pris part à cette manifestation, notamment l'ex-candidat d'extrême gauche à l'élection présidentielle Philippe Poutou (NPA) qui a appelé à accueillir les migrants "de manière digne". "C'est le minimum qu'on puisse faire", a-t-il estimé. "On ne peut pas laisser cette situation perdurer ici. Les gens vivent dans des conditions inadmissibles, indignes, j'appelle M. Valls et M. Cazeneuve à prendre toutes les mesures qu'il faut pour régulariser cette situation", a déclaré de son côté Karima Delli, députée européenne écologiste.

Partis à 14 h de la "jungle" de Calais, les manifestants se sont dispersés à 16 h 30. Mais la maire de Calais Natacha Bouchart a dénoncé ensuite "des débordements sérieux en centre-ville, en particulier sur la Place d'Armes, où la statue du Général De Gaulle et d'Yvonne Vendroux a été taguée". En fin de manifestation, une cinquantaine de manifestants et de migrants ont réussi à monter illégalement à bord du Spirit of Britain, un ferry de la "P&0". Par mesure de sécurité, l'activité du port a été suspendue. Vers 20 h 30, après plus de trois heures de blocage, les migrants ont été évacués par la police, qui a dû avoir recours à une passerelle mobile pour faire la jonction avec le bateau.

Selon la préfecture du Pas-de-Calais, 24 migrants ont été interpellés sur le ferry, et emmenés dans les locaux de la Police de l'air et des frontières (PAF) à Coquelles, près de Calais. Onze autre personnes, des militants de No Border d'après la même source, ont subi le même sort.

Une nouvelle fois, la preuve est faite par l'exemple que les manifestations organisées par des pseudo-défenseurs des migrants ont essentiellement pour vocation de perturber la vie économique", a déploré la maire Natacha Bouchart. "L'attitude des No Borders à Calais est scandaleuse : il faut des sanctions ! Je demande au gouvernement une réunion de crise en urgence", a pour sa part affirmé le nouveau président de la région Nord-Pas-de-Calais/Picardie, Xavier Bertrand, sur Twitter.

Avec AFP

Première publication : 24/01/2016

  • CRISE MIGRATOIRE

    Amende avec sursis pour le Britannique qui a tenté de faire passer une Afghane en Angleterre

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    Vidéo : à Calais, la "nouvelle jungle" se prépare à affronter l'hiver

    En savoir plus

  • CRISE DES MIGRANTS

    Vidéo : les migrants graffent leurs parcours place de la République à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)