Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Françoise Hardy, la miraculée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Gaffe de Boris Johnson : "Vous les Saoudiens et vos guerres par procuration !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Demain on arrête de respirer"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : plusieurs morts dans des heurts au Nord-Ouest

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Alep-est, à feu et à sang

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : Alep, la chute finale ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : Alep, la chute finale ? (partie 1)

En savoir plus

EUROPE

Marcelo Rebelo de Sousa élu dès le premier tour de la présidentielle au Portugal

© Miguel Riopa, AFP | Le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa a été élu dès le premier tour de l'élection présidentielle portugaise, dimanche 24 janvier 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/01/2016

Le grand favori de l'élection présidentielle portugaise, Marcelo Rebelo de Sousa, s'est imposé dès le premier tour, dimanche, en recueillant 52 % des suffrages, d'après des résultats partiels.

Le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, 67 ans, a remporté dès le premier tour, dimanche 24 janvier, l'élection présidentielle au Portugal, selon des résultats officiels quasi complets.

Ce professeur de droit, commentateur vedette de la télévision depuis une quinzaine d'années, recueille 52% des voix, très loin devant l'indépendant de gauche Antonio Sampaio da Novoa qui obtient 22 % des suffrages, d'après ces résultats partiels.

Le Bloc de gauche crée la surprise

Marisa Matias, la candidate du Bloc de gauche, proche de Syriza en Grèce, crée la surprise en se plaçant troisième avec 10 % des voix, devant l'ancienne ministre socialiste Maria de Belem Roseira (4 %) et le candidat communiste Edgar Silva (3 %).

Marcelo Rebelo de Sousa, ancien président du Parti social-démocrate (centre droit), succède ainsi à un autre conservateur, Anibal Cavaco Silva, qui achève à 76 ans son deuxième quinquennat consécutif, soit la limite autorisée par la Constitution portugaise.

L'abstention a quant à elle légèrement reculé, atteignant entre 51,2 %, après un record à 53,5 % lors du dernier scrutin présidentiel en 2011.

Pas d’éventuelle dissolution du Parlement avant avril

Si le chef de l'État portugais n'a pas de pouvoir exécutif, il dispose d'une prérogative de poids : la dissolution du Parlement, enjeu principal d'une campagne qui a assez peu mobilisé.

Mais, selon les politologues, Marcelo Rebelo de Sousa n'aurait l'intention de dissoudre le Parlement qu'en cas de crise politique ou de rupture de l'alliance inédite de la gauche née après les élections législatives du 4 octobre.

L'ancien commentateur vedette avait d'ailleurs insisté sur l'"indépendance" de sa campagne vis-à-vis de son camp politique, se montrant plutôt conciliant vis-à-vis du nouveau Premier ministre socialiste Antonio Costa, allié à la gauche radicale.

Le futur président prêtera serment le 9 mars, mais ne pourra pas utiliser son pouvoir de dissolution avant le mois d'avril, six mois après les élections législatives d'octobre, selon la Constitution portugaise.

Avec AFP

Première publication : 24/01/2016

  • PORTUGAL

    Portugal : la gauche fait tomber le gouvernement de centre droit

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Portugal : Pedro Passos Coelho chargé de former un nouveau gouvernement

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Portugal : la coalition de droite reconduite malgré quatre années d’austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)