Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Français disent oui à l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : les travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

"Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Brexit : "Chacun doit mener sa vie comme il l'entend"

En savoir plus

Economie

L'Iran passe commande de 118 Airbus pour 22,8 milliards d'euros... mais pas que

Le PDG d'Airbus, Thomas Enders, échange une poignée de main avec le président iranien Hassan Rohani

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/01/2016

L'Iran s'est engagé à commander 118 avions à Airbus pour un montant estimé à 22,8 milliards d'euros. D'autres entreprises françaises ont également profité de la venue du président iranien Hassan Rohani à Paris.

Prix catalogue : 25 milliards de dollars (22,8 milliards d'euros). Airbus a remporté le jackpot, jeudi 28 janvier, lors de la venue du président iranien Hassan Rohani à Paris. L'Iran s'est engagé à acheter 118 avions au géant européen.

Cet accord avait été anticipé, mais un doute planait sur le nombre d'appareils que Téhéran voulait acheter (entre 114 et 122).

Airbus et les autres

Airbus n'est pas le seul à avoir profité économiquement du périple parisien du chef d'État iranien. Peugeot PSA a également annoncé la création d'une coentreprise avec le constructeur automobile iranien Khodro afin de faciliter le retour sur le sol iranien de la marque française. Téhéran a souligné être aussi entré en négociation avec d'autres acteurs du secteur automobile, comme Renault.

Les autres contrats majeurs qui ont été conclus concernent la SNCF, Total pour l'achat de pétrole iranien ou encore le groupe de BTP Vinci pour les nouveaux terminaux des aéroports Chahid Hashemi Nejad de Mashhad et Chahid Behesti d’Ispahan. En tout, ce sont 15 milliards d'euros de contrats sur lesquels l'Iran s'est fermement engagé. Ce montant devrait être plus élevé lorsque le prix final des accords les plus importants, comme avec Airbus, sera définitivement arrêté.

Première publication : 28/01/2016

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Peugeot officialise son grand retour en Iran

    En savoir plus

  • FRANCE - IRAN

    En images : le président Rohani à Paris pour réchauffer les relations franco-iraniennes

    En savoir plus

  • IRAN

    Le président iranien en visite en Italie, les entreprises se mobilisent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)