Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Afrique

Libération des deux journalistes du Monde arrêtés à Bujumbura

© AFP | Le journaliste français Jean-Philippe Rémy et le photographe britannique Phil Moore, vendredi 29 janvier 2016, à Bujumbura, au Burundi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/01/2016

Les deux envoyés spéciaux du Monde au Burundi, Jean-Philippe Rémy et Phil Moore, ont été libérés vendredi après-midi. Aucune charge n'a été retenue contre eux.

Les deux journalistes Jean-Philippe Rémy et Phil Moore, arrêtés jeudi au Burundi lors d'une opération policière contre des "criminels armés", ont été libérés, vendredi 29 janvier, sans inculpation, après leur audition par le Parquet, a annoncé l'ambassadeur de France à Bujumbura.

"Ils ont été libérés. Aucune charge n'a été retenue contre eux", a annoncé à l'AFP, l'ambassadeur de France à Bujumbura, Gerrit Van Rossum, précisant toutefois que leur équipement professionnel ne leur avait pas été rendu dans l'immédiat.

Après une nuit passée au siège du Service national de Renseignement (SNR), où ils avaient été interrogés, les deux envoyés spéciaux avaient été déférés vendredi après-midi au Palais de justice de Bujumbura pour y être entendus par le Parquet.

Selon la police, ils avaient été arrêtés jeudi après-midi à Nyakabiga, quartier du centre de Bujumbura, où la police avait été informée que "des criminels tenaient une réunion". Le groupe s'est enfui mais la police a "rattrapé cinq personnes : quatre Burundais qui avaient deux pistolets et un Britannique", Phil Moore, avait expliqué à l'AFP le porte-parole adjoint de la police Moïse Nkurunziza.

"La police a été très surprise et s'est inquiétée de voir un journaliste, ayant toutes les autorisations de travailler au Burundi et qui donc n'avait rien à craindre de la police, courir et fuir", a-t-il ajouté, précisant que Jean-Philippe Rémy avait été interpellé lorsqu'il était venu demander des nouvelles de son collègue.

Après l'annonce de ces arrestations, le quotidien avait aussitôt demandé la libération immédiate des deux journalistes, qui "étaient tous deux munis de visas et ne faisaient qu’exercer leur métier en rencontrant toutes les parties concernées par les tensions en cours au Burundi".
 
La France, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait également appeler "les autorités du Burundi à procéder à [la] libération immédiate du journaliste français, Jean-Philippe Rémy, ainsi que du photographe britannique, Philip Moore".
 
L’opposition implore l’UA d’envoyer des troupes
 
Le Burundi a plongé dans la violence après la répression brutale en avril 2015 de manifestations contre un troisième mandat du président contesté, Pierre Nkurunziza, réélu en juillet dans un scrutin boycotté par l'opposition.
 
Depuis, les manifestations, un coup d'État manqué et une rébellion armée ont déjà fait plus de 400 morts et contraint à l'exil quelque 230 000 personnes, selon l'ONU, qui craint que le pays sombre dans un conflit ethnique.
 
Jeudi, l'ONG Amnesty International a indiqué que des images prises par satellite montrent ce qui pourrait être cinq charniers dans la banlieue de Bujumbura, la capitale du Burundi, venant confirmer les déclarations de témoins sur place qui accusent les forces de l'ordre d'avoir tué des dizaines de personnes en décembre. L'ONU avait dénoncé la semaine dernière l'existence de massacres ethniques, de charniers avec une centaine de cadavres et de viols collectifs commis par les forces de sécurité.
 
De son côté, la principale coalition d'opposants burundais en exil, le Cnared, a regretté jeudi les "hésitations" de la communauté internationale et exhorté l'Union africaine (UA) à voter l'envoi d'une force d'interposition au Burundi contre le gré du président Nkurunziza.
 
Le déploiement de la Mission africaine de prévention et de protection au Burundi (Maprobu) de l'UA est loin d'être acquis, bien que les chefs d'État et de gouvernement africains doivent voter en fin de semaine sur cette question lors d'un sommet à Addis Abeba. Et pour cause, le président Nkurunziza a promis de la "combattre" comme "une force d'invasion et d'occupation".
 
Avec AFP

Première publication : 29/01/2016

  • BURUNDI

    La France réclame la "libération immédiate" des deux journalistes arrêtés à Bujumbura

    En savoir plus

  • BURUNDI

    Mission de paix au Burundi : le Conseil de sécurité veut convaincre Nkurunziza

    En savoir plus

  • BURUNDI

    L'ONU dénonce des viols collectifs et des exactions à caractère ethnique au Burundi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)