Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : La troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison Blanche

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attaques terroristes en Europe, quelles solutions face à la menace ?

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : les Jeux olympiques des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le vrai antidote contre l’EI, c’est la culture"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les toits de Paris, un trésor entre ciel et terre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Athènes, la culture plus forte que la crise

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

EDF adopte le projet d'EPR à Hinkley Point, Londres temporise

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 1)

En savoir plus

Amériques

États-Unis : Trump boycotte le dernier débat républicain

© Jim Watson, AFP | Les candidats républicains Ted Cruz, Marco Rubio,Jeb Bush et John Kasic, le 28 janvier 2016 à Des Moines.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/01/2016

Le milliardaire américain Donald Trump a décidé de ne pas participer au dernier débat des candidats républicains à la présidentielle, mais l'ombre du favori pour la primaire a toutefois plané sur cette soirée.

Le favori de la course à l'investiture républicaine, Donald Trump, a maintenu jeudi 28 janvier son boycott du débat télévisé entre prétendants républicains organisé à Des Moines, dans l’Iowa. L’homme d’affaires a préféré organisé un meeting à quelques kilomètres de là sur le campus de l'université Drake.

Lors du débat qui avait lieu au même moment, son absence a libéré les accrochages entre les autres candidats, qui n'ont pas manqué d'ironiser sur le grand absent de la soirée. Le sénateur du Texas Ted Cruz a par exemple remércié ses adversaires de la primaire républicaine d'avoir "répondu présent" devant les caméras pour défendre leurs idées, à quatre jours du caucus dans l'Iowa, qui inaugurera la saison des "primaires".

"Je tiens à remercier chacun ici pour avoir montré aux hommes et aux femmes de l'Iowa le respect qui consiste à venir expliquer pourquoi chacun d'entre nous pense qu'il ferait le meilleur commandant en chef", a dit Ted Cruz, principal danger pour Donald Trump dans cet État.

D'autres prétendants républicains, comme l'ex-gouverneur de la Floride Jeb Bush, ont aussi critiqué Donald Trump et sa politique de la chaise vide. '"En quelque sorte, Donald Trump me manque. C'était pour moi un bon nounours", a dit Jeb Bush.

Ce débat s'est déroulé poliment mais non sans accrochages entre les sénateurs Ted Cruz et Marco Rubio, numéros deux et trois des sondages, notamment sur l'immigration et les clandestins. Ted Cruz accuse Marco Rubio d'avoir soutenu un projet de régularisations massives au Sénat en 2013.

La candidate démocrate Hillary Clinton a été la cible répétée d'attaques, notamment pour son affaire de messagerie personnelle quand elle était secrétaire d'État. Les républicains l'accusent d'avoir pris le risque d'échanger des informations confidentielles sur un serveur non gouvernemental.

Les explications de notre correspondant

"On dirait les Oscars"

De son côté, devant une salle bondée de 700 personnes, Donald Trump a tenu son meeting en présence de deux personnalités républicaines elles aussi candidates à la primaire, Rick Santorum et Mike Huckabee. Cette soirée a été retransmise notamment par CNN. "Quand on est maltraité, il faut savoir se défendre", a-t-il dit pour justifier son boycott du débat. "Regardez toutes ces caméras, on dirait les Oscars", a-t-il poursuivi, fier que son discours ait eu un tel poids médiatique.

"Cela n’était jamais arrivé qu’un candidat qui boycotte un débat organise au même moment et à quelques kilomètres à peine un événement avec certains de ses concurrents" souligne Gallagher Fenwick, le correspondant de France 24 aux États-Unis. Selon le magnat de l’immobilier, cette soirée a été particulièrement bénéfique car il a "réussi plusieurs coups". "Il affirme avoir eu plus de caméras dans sa salle qu’il n’y en avait pour couvrir le débat diffusé par la très conservatrice chaîne Fox News", explique le journaliste de France 24. "Mais c’est avant tout l’occasion pour Donald Trump de refaire parler de lui et d’occuper le haut de l’affiche et cela au prix d’une nouvelle controverse".

Si l’homme d’affaires remporte le caucus de l'Iowa, sa décision de boycotter ce débat sera interprétée comme la preuve qu'il aura initié une dynamique qui lui aura permis de se passer des médias de l'establishment. S'il termine deuxième le 1er février, le boycott du débat sera considéré comme une erreur stratégique fatale qui aura permis à ses rivaux de l'accuser de faiblesse.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 29/01/2016

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : une musulmane expulsée d'un meeting du républicain Donald Trump

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Propos antimusulmans : clash entre Donald Trump et le prince Al-Walid ben Talal sur Twitter

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Musulmans interdits d'entrée aux États-Unis : Trump ressort les "no-go zones" de Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)