Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

FRANCE

Un universitaire devant la justice pour avoir ironisé sur les "blancos" de Valls

© Medrazzi | Bernard Mezzadri, maître de conférences à l’université d’Avignon.

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 29/01/2016

Un maître de conférence de l’université d’Avignon sera jugé le 10 février pour avoir tenu des propos ironiques en référence à Manuel Valls dans un mail professionnel. L’accusé se défend.

"Jamais je n’aurais pu imaginer que cette histoire aille aussi loin", confie à France 24 Bernard Mezzadri, maître de conférences à l'université d’Avignon. L’enseignant chercheur de 56 ans se retrouve depuis peu dans le collimateur de la justice pour avoir ironisé sur des propos de Valls dans un échange de mails avec ses collègues. Après sa comparution le 27 janvier, une amende de 2 000 euros assortie d'un sursis simple pour "provocation à la haine raciale" a été requise par le procureur de la République.

L’affaire remonte au printemps 2015. À quelques jours d'une rencontre entre Manuel Valls et la direction de l’université d’Avignon, Bernard Mezzadri adresse le 27 mai 2015 un message empreint d’ironie à une liste de discussion interne réservée aux enseignants et au personnel de l’établissement : "J'espère qu'en cette grande occasion la délégation de l'UAPV [Université d'Avignon et des pays de Vaucluse, ndlr] comptera suffisamment de ‘blancos’ (et pas trop de basanés), afin de ne pas donner une trop mauvaise image de notre établissement". Il qualifie Manuel Valls de "chasseur de Roms".

"Quelques blancos"

La référence aux "blancos" fait directement allusion aux propos que Manuel Valls avait tenus en 2009 sur le marché d’Évry, alors qu’il était maire de la ville. Dans une vidéo, on pouvait voir l’édile de l’époque peaufiner la mise en scène d’une photo et demander à son équipe de rajouter "quelques blancs, quelques white, quelques blancos".

Mais la référence du professeur passe mal auprès de la direction. Dans un premier temps, personne ne réagit au sarcasme de l’universitaire "qui était uniquement destiné à modérer l’enthousiasme général de la direction de l’université", concède-t-il. Ce n’est que quelques semaines plus tard qu’il apprend que le rectorat, deux préfets et le procureur de la République ont décidé de se saisir de l’affaire.

Au mois de juillet, le maître de conférence est alors convoqué par un officier de police judiciaire. Le professeur s’explique pensant que l’affaire en restera là. Mais à sa grande surprise, il reçoit au mois de décembre une assignation à comparaître. "Je trouve scandaleux que l’université se soit portée partie civile, fulmine-t-il. Mais le plus infamant est d’être accusé de provoquer la haine raciale, moi qui ai toujours milité contre le racisme et la xénophobie."

"Potentiellement raciste"

Pour Bernard Marchal, procureur, il n’y a pas d’ironie qui tienne. "Ce que je reproche à Monsieur Mezzadri c'est de poser dans le débat la question de la distinction de race et de couleur dans la définition de la valeur d'un établissement universitaire. On entre dans un discours potentiellement raciste", a-t-il indiqué lors de la comparution de Bernard Mezzadri. "C'est fondamentalement en activant ce problème-là que vous entrez dans le champ d'incriminations", a-t-il ajouté.

Bernard Mezzadri veut malgré tout rester confiant. "L’accusation est si absurde que je ne pense pas être condamné". Et d’ajouter, "mais si je l’étais, même à titre symbolique, je ferai appel, car il n’est pas acceptable d’être sanctionné pour quelque chose dont on n’est pas coupable. Il y a là un enjeu qui dépasse mon simple cas personnel, il en va de la liberté d’expression dans les universités et en France en général".

Un "esprit de résistance"

En attendant son jugement qui doit être rendu le 10 février 2016, Bernard Mezzadri peut compter sur le soutien de ses collègues. Une pétition en sa faveur, que le Snesup-FSU et le Mrap appuient, a recueilli à ce jour un peu plus de 10 000 signatures. "Signe que l’esprit de résistance n’est pas entamé", se réjouit le professeur.

Une chose est néanmoins certaine pour Bernard Mezzadri : "Si la justice donne raison à l’université, certains autres présidents d’université, qui ont davantage de pouvoir depuis la nouvelle réforme [depuis la loi LRU, ndlr], pourraient se voir pousser des ailes et en faire autant avec les gêneurs."

Première publication : 29/01/2016

  • POLÉMIQUE

    Passe d’armes entre Manuel Valls et l'Observatoire de la laïcité, fustigé par le Premier ministre

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Propos de Valls sur l’élection de Bongo : séance de rattrapage diplomatique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Réforme constitutionnelle : Manuel Valls gomme la "référence à la binationalité"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)