Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Année noire pour le tourisme en Turquie

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Après neuf ans de travaux, le canal de Panama prêt à accueillir des navires géants

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Sommet européen : les Vingt-Sept préparent l'après-Brexit (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Erdogan et l'effet boomerang"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les électeurs britanniques ne sont pas tous des vieux cons racistes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#PrayForIstanbul : le spectre de Daech

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Mali, 2 500 hommes vont renforcer le contingent de la mission de l'ONU

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

Asie - pacifique

Vidéo : Renault ouvre sa première usine en Chine

© Johannes Eisele, AFP | Un ouvier chinois travaille sur le Kadjar, le dernier-né des "crossovers" de Renault.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/02/2016

Renault a rattrapé son retard sur le marché chinois en inaugurant, lundi, sa première usine, à Wuhan, dans le centre du pays. Une implantation industrielle qui arrive au moment où le marché chinois connaît un vif ralentissement.

Renault est passé à la vitesse supérieure en s'implantant sur le marché chinois. Après avoir installé ses quartiers au Brésil, en Russie et en Inde, le constructeur français a inauguré, lundi 1er février, sa première usine à Wuhan, dans le centre du pays. Renault réalise une implantation industrielle tardive sur le principal marché automobile mondial, où la marque au losange demeure confidentielle.

"C'est la première grande étape" pour le développement de Renault sur un marché crucial dont il restait quasi-absent, a déclaré son PDG Carlos Ghosn, lors d'une cérémonie au cœur des installations flambant neuves à Wuhan, importante métropole industrielle sur le fleuve Yangtsé.

Fruit d'une coentreprise avec le deuxième constructeur chinois, Dongfeng, l'usine de Wuhan dispose d'une capacité de production de 150 000 véhicules par an, une cadence qu'elle devrait atteindre progressivement.

Des voitures électriques pour bientôt

Dans un premier temps, l'usine assemblera le Kadjar, le dernier-né des "crossovers" de Renault, dans une version légèrement modifiée pour séduire les consommateurs chinois, très friands de 4x4 urbains (SUV). Puis un deuxième crossover, le D-SUV, sortira courant 2016 de ses chaînes. "On voit une explosion sur ce créneau en Chine. On arrive tard mais avec le bon produit", observe Jacques Daniel, directeur de la coentreprise, tout en reconnaissant que l'implantation se fait dans une "conjoncture pas facile". En effet, le marché automobile chinois, dans son ensemble, donne plutôt des signes de ralentissement.

L'usine de Wuhan, dont la première pierre avait été posée il y a juste 24 mois, est "un copié-collé" d'installations de Nissan. Les employés locaux ont été formés dans les usines du nippon, et le français pourra s'appuyer sur le même réseau de fournisseurs.

C'est par ailleurs à Wuhan que Renault produira, à partir de 2017, une voiture électrique basée sur la plateforme de sa berline Fluence, destinée à Dongfeng et sous marque locale. Si les volumes en resteront limités, Carlos Ghosn a indiqué, lundi, que le constructeur réfléchissait déjà à élaborer une voiture électrique "à prix abordable", propre à séduire la Chine et d'autres pays en développement.

"Un excellent présage"

La Chine pourrait servir de précieux relai de croissance au groupe français, qui voit ses ventes trébucher sur des marchés phares, notamment en Amérique latine. Renault était l'un des derniers grands constructeurs occidentaux à ne pas disposer de présence industrielle en Chine, où il faisait jusqu'alors de la figuration, laissant son partenaire japonais Nissan y faire cavalier seul.

Pour l'heure, la neige qui s'est abattue sur Wuhan juste avant l'inauguration était jugée de bon augure pour l'avenir des "crossovers", à en croire Li Li, responsable chinoise de gestion de l'usine: "Une première neige au début de l'année - celle du Singe commence dans une semaine - est un excellent présage pour la réussite des affaires".

Le concurrent français PSA Peugeot Citroën - installé de longue date et également adossé à Dongfeng, avec qui il possède trois usines à Wuhan - écoule, lui, plus de 700 000 unités par an dans le pays.

Avec AFP

Première publication : 01/02/2016

  • IRAN

    Vidéo : Renault espère devenir le troisième constructeur automobile en Iran

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Renault inaugure sa première usine en Algérie

    En savoir plus

  • FORMULE 1

    Renault rachète l'écurie Lotus et revient en Formule 1 "dès 2016"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)