Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le retour "triomphal" d'Etienne Tshisekedi à Kinshasa après deux ans de convalescence en Belgique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les blockbusters de l'été : américains et musclés!

En savoir plus

FOCUS

La difficile lutte contre le trafic d’armes en Europe

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Sécurité : quel modèle en Israël ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La ligne Maginot des valeurs européennes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Garder la foi"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Étienne-du-Rouvray : après le choc, les questions et la polémique

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : l'Italie se dote de nouveaux "hotspots" pour mieux accueillir les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Attaques en Allemagne : menace islamique et politique migratoire en toile de fond (Partie 2)

En savoir plus

SPORT

La Chine, nouveau géant du football business qui dépense sans compter

© Kazuhiro Nogi, AFP | Les supporters du Guangzhou Evergrande, champion d’Asie en titre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/02/2016

Lors du mercato hivernal, le football chinois a réalisé quelques transferts mirobolants, symboles des nouveaux moyens de son championnat. Cet hiver, les clubs chinois ont par exemple plus dépensé que leurs homologues de Liga.

Plus qu’un coup de force, c’est une petite révolution dans le paysage footballistique. Lors du mercato d’hiver, la Chinese Super League a dépensé plus de 200 millions d’euros en transferts de joueurs, soit plus que la majorité des championnats européens.

Un transfert illustre à lui seul cette nouvelle dynamique : celui de Jackson Martinez, officialisé dans la nuit de mardi à mercredi. L’attaquant colombien de l’Atletico Madrid, 29 ans, a rejoint le Guangzhou Evergrande, champion d’Asie en titre, pour 42 millions d’euros. Une somme record qui a effacé des tablettes le transfert du Brésilien de Chelsea Ramires, qui avait signé au Juangsu Suning pour 28 millions d’euros… une semaine plus tôt.

D’autres mouvements de joueurs avaient auparavant défrayé la chronique en début de mercato, mais leur indemnité de transfert semble aujourd’hui presque quelconque au vu de la nouvelle puissance financière des clubs chinois. L’Ivoirien Gervinho, notamment, avait rejoint le Hebei China Fortune FC pour 18 millions d’euros.

Le transfert de Jackson Martinez porte à 203,9 millions d'euros le montant global dépensé par les clubs de la Chinese Super League, selon le site spécialisé Transfermarkt, un total dépassé uniquement par ceux de la Premier League anglaise.

Les entreprises chinoises ont investi des sommes folles dans le football national depuis que le président Xi Jinping, lui-même fan de football, avait déclaré en 2011 souhaiter que la Chine se qualifie, accueille, puis gagne une Coupe du monde.

La fin d’un eldorado pour pré-retraités

Les clubs chinois ont dans le passé recruté plusieurs internationaux trentenaires (Nicolas Anelka, Didier Drogba, Seydou Keita, Carsten Jancker, Fábio Rochemback...), mais la plupart de leurs récentes recrues étrangères sont âgées de moins de 30 ans.

"Ce ne sont pas des gars à la fin de leur carrière qui cherchent juste une rétribution", analyse David Hornby, directeur sport de Mailman, une entreprise de gestion de marque basée à Shanghai.

Depuis 2015, un plan chinois "en 50 points" supervisé par Xi Jinping entend développer le ballon rond en Chine à l'aide d'une batterie de mesures, dont la création de 50 000 écoles de football et la pratique obligatoire pour certains élèves.

>> À lire sur Les Observateurs de France 24 : "Quand la Chine se met au foot..."

Plus de dépenses en D2 chinoise qu’en Liga

Les investisseurs se sont alors lancés à corps perdu dans ce sport, dans "une tentative d'être bien vus par le gouvernement, estime Tom Elsden, responsable stratégie sportive chez Mailman. C'est véritablement cette mission donnée par le gouvernement qui a promu le développement du football."

Les clubs chinois – 1re et 2e division confondues – ont déjà déboursé 252,7 millions d'euros durant le mercato d'hiver, non loin des 295,1 millions dépensés par leurs homologues anglais, d'après Transfermarkt. Et d'autres opérations pourraient encore suivre d'ici la fin du mois, puisque le marché reste ouvert en Chine jusqu’au 26 février.

Même les clubs de la modeste China League One (2e division chinoise) ont dépensé davantage que ceux de Ligue 1, de Bundesliga ou de Liga. Tout un symbole.

Avec AFP

Première publication : 03/02/2016

  • FOOTBALL

    Feghouli appelle les jeunes joueurs franco-algériens à choisir les Fennecs

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Affaire de la sex-tape : le contrôle judiciaire de Benzema pourrait être levé

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Pep Guardiola remplacera Manuel Pellegrini à Manchester City

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)