Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Dominique Dalcan, pionnier de la French touch

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, avec les forces spéciales françaises

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Trump lance son offensive protectionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump à la Maison-Blanche: ça commence mal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Primaire: la gauche regarde ailleurs"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Autriche : Alexander Van Der Bellen s'installe à la tête du pays

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Syrie : nouveau round de négociations à Astana

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matthieu Ricard : "C'est l'économie qui est au service de la société et non l'inverse"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

Amériques

À la mosquée de Baltimore, Obama défend la liberté de culte

© Mandel Ngan, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/02/2016

En visite dans une mosquée de la banlieue de Baltimore, le président américain Barack Obama, a dénoncé les attaques contre l'islam, qu'il a qualifiées d'"attaques contre toutes les religions".

"L'islam a toujours fait partie de l'Amérique". En visite dans une mosquée de la banlieue de Baltimore, le président américain, Barack Obama, a ainsi mis en garde mercredi 3 février, contre la "rhétorique haineuse" visant les musulmans.

"Une attaque contre une religion est une attaque contre toutes les religions", a martelé le chef d'État américain.

S'il s'était déjà déplacé dans des mosquées au Caire, à Jakarta ou encore à Kuala Lumpur, c'est la première fois depuis son arrivée au pouvoir, en 2009, que M. Obama se rend dans un lieu de culte musulman sur le sol américain.

Message à certains candidats républicains

À neuf mois du scrutin qui désignera son successeur, cette visite à la mosquée de Catonsville est une réplique au discours islamophobe de Donald Trump et d'autres candidats à l'investiture républicaine.

"Récemment, nous avons entendu une rhétorique inexcusable contre les musulmans américains, des propos qui n'ont pas leur place dans notre pays", a-t-il lancé, dans une allusion claire aux propos du milliardaire, qui a proposé, dans la foulée de la fusillade de San Bernardino (Californie) d'interdire l'accès des musulmans aux États-Unis par crainte d'attentats jihadistes.

D'autres candidats se sont élevés au nom de la sécurité nationale contre les projets du président démocrate d'accueillir 10 000 réfugiés syriens fuyant la guerre. Le candidat Ben Carson a jugé lui que les musulmans n'étaient pas taillés pour accéder à la présidence des États-Unis.

"Vous êtes musulmans ET américains"

Dans cette allocution, entamée en arabe par un "Salam aleikum" ("Que la paix soit sur vous"), Barack Obama avait appelé à tourner la page d'un "cycle de méfiance et de discorde" entre les États-Unis et le monde musulman.

Soulignant que le nombre de musulmans aux États-Unis était relativement faible (un peu plus de 3 millions selon le Pew Research Center, soit 1 % de la population), M. Obama a appelé les Américains à ne pas tomber dans les caricatures. Et les musulmans à revendiquer fièrement leur identité.

"Vous n'êtes pas musulmans ou Américains, vous êtes musulmans ET Américains. Vous n'avez pas à choisir entre votre foi et votre patriotisme", a-t-il lancé.

Fils d'un père kényan et d'une mère américaine, Barack Obama, dont le grand-père s'est converti à l'islam, a passé une partie de son enfance en Indonésie, pays musulman.

 

 

Première publication : 03/02/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Guantanamo, EI, climat... ce qu'a dit Obama lors de son dernier discours sur l’état de l’Union

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    États-Unis : les tueurs de San Bernardino radicalisés avant leur rencontre

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trois jours après, Obama finit par condamner le meurtre de trois musulmans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)